/news/currentevents

Une mère et sa fille secourues en forêt

Cédérick Caron | Journal de Montréal

CÉDÉRICK CARON/JOURNAL DE MONTRÉAL

Une balade en forêt pour observer les couleurs automnales aurait pu mal se terminer pour une mère, sa fille et leurs amis, qui ont été secourus par la police après s’être perdus dans les sentiers, dimanche.

«On avait les pieds détrempés. On avait froid. On avait faim. Ma fille et mon chien étaient couverts de "pique pique" [chardons]. À la fin, ma fille tremblait de panique», raconte Sylvie Boucher.

Dimanche midi, sa fille de 8 ans Naomy Huneault, leur chien Léo et elle ont décidé d’aller marcher au parc-nature du lac Jérôme, à Saint-Jérôme, pour admirer les couleurs d’automne.

Accompagnés par un ami et deux autres enfants, ils ont commencé leur marche vers 12h15.

«Au début, le sentier principal est bien indiqué, mais ensuite tu peux prendre différents petits sentiers marqués uniquement de petits rubans de couleur sur les arbres», relate Mme Boucher.

Elle précise s’être engouffrée dans le sentier Atchi identifié par des marqueurs jaunes.

Oubliez Google Maps

Ce parc-nature est une étendue de forêt parfois très dense avec des zones humides au milieu desquelles se trouve un lac. La zone complète fait un million de mètres carrés soit environ l’équivalent du mont Royal.

«Après 45 minutes, on ne voyait plus de flags jaunes. Nous avons donc suivi des marqueurs rouges, puis plus rien», se souvient Mme Boucher.

Les policiers lui ont expliqué qu’à l’automne, plusieurs pistes peuvent être confondues avec des sentiers balisés en raison des feuilles au sol.

«Vers 14h15, j’ai ouvert mon téléphone pour utiliser Google Maps. Je voyais que nous étions proches du magasin BMR sur la route 158, mais aucun sentier n’apparaissait. On ne savait pas par où passer », poursuit Mme Boucher

«Quand j’ai appelé le 911 vers 14h30, la communication n’arrêtait pas de couper parce que j’avais seulement une barre de signal. La fille au téléphone a été géniale, même si elle avait de la difficulté à guider les policiers malgré la localisation du cellulaire parce qu’on était en forêt. Elle est restée au téléphone avec nous tout le long. Elle a même parlé à ma fille pour la calmer», explique Mme Boucher.

Bon travail

Les randonneurs ont finalement été trouvés vers 16 h par les policiers. La police de Saint-Jérôme salue d’ailleurs le travail de ses équipes.

«Nous allons souligner à l’interne le bon travail effectué dans ce dossier. [...] Nous sommes heureux d’avoir pu contribuer au dénouement favorable de cet événement», précise Martin Pelland, inspecteur au service de police de la Ville de Saint-Jérôme.

«Nous avons été chanceux parce qu’habituellement je n’apporte pas mon cellulaire en forêt pour décrocher. Les policiers m’ont dit de toujours l’avoir avec nous quand on va dans le bois. Il suggère d’avoir un sifflet pour signaler notre présence si on se perd. La prochaine fois, nous en aurons un», indique Mme Boucher.

«C’est important de prévenir quelqu’un en lui disant où nous allons, quel sentier on compte prendre et quand on prévoit revenir afin que cette personne puisse prévenir les secours au besoin, suggère Claire Deguelle, fondatrice des logiciels et outils web Hikster. Il faut aussi prévoir de l’eau et de la nourriture en quantité suffisante», ajoute celle qui fait la promotion du tourisme de plein air et qui cartographie les sentiers de randonnée.

Elle ajoute qu’il est bien d’avoir une carte et une balise de secours GPS en cas de détresse.