/finance/homepage

Entente à l’amiable entre Canadian Malartic et des citoyens

Agence QMI

[SLUG]

Carole-Anne Jacques/La Frontière/Agence QMI

Les citoyens d’Abitibi qui avait lancé une action collective contre Canadian Malartic se sont entendus à l’amiable avec la compagnie minière, mardi.

En vertu de cet accord qui doit être entériné par les tribunaux, les citoyens du quartier sud de Malartic auront droit à des dédommagements additionnels pour les désagréments liés à l’activité de la mine dans leur municipalité.

Une enveloppe allant jusqu’à 1,7 million $ sera rendue disponible par l’entreprise dans le cadre d’un programme de revitalisation. Les propriétaires d’un édifice de ce secteur de Malartic pourront ainsi avoir accès à des fonds pour les rénover ou les améliorer. De plus, les citoyens admissibles du quartier sud pourront obtenir des compensations rétroactives pour la période comprise entre le 1er juillet 2013 et le 31 décembre 2018.

Cet accord prévoit aussi que les dédommagements accordés pour les années de 2019 à 2021 ne seront pas diminués, même si les performances environnementales de Canadian Malartic s’améliorent. Il permet également d’éviter un procès l’an prochain et évite ainsi des frais juridiques pour les citoyens à l’origine de l’action collective.

Pour l’entreprise, les menaces visant à faire annuler le décret gouvernemental permettant l’agrandissement de cette immense mine d’or à ciel ouvert sont écartées.

«Les parties se sont assurées que les engagements compris dans cette entente soient justes et équitables pour l’ensemble des résidents du quartier sud», ont fait savoir l’entreprise et le Comité de citoyens de la zone su de Malartic par communiqué.

Des groupes préoccupés par le développement minier comme Québec meilleure mine ont aussi salué cet accord.

«Ce qui nous semble primordial c’est qu’une entente permettrait de tourner une page importante et, souhaitons-le, de commencer à travailler à la réconciliation sociale de ce milieu fortement déchiré», a affirmé Marc Nantel du Regroupement Vigilance Mines de l’Abitibi et du Témiscamingue par communiqué.

Les détails de l’entente seront présentés aux citoyens vendredi soir à Malartic par les avocats du recours collectif.