/regional/sherbrooke/estrie

Le projet de serres de cannabis à Weedon semble sur la touche

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Le ciel s’assombrit de plus en plus pour le projet des serres de cannabis de MYM Neutraceuticals à Weedon en Estrie.

Comme les autres entreprises dans le domaine, l’action chute en bourse. Les citoyens de la municipalité sont de plus en plus sceptiques sur la viabilité du projet.

En décembre 2017, l’action de MYM Neutraceuticals valait 4,40 $, elle en vaut maintenant seulement environ 0,12 $. Vendredi, l’entreprise a émis de nouvelles actions pour récolter 125 000 $.

«On comprend que l’entreprise veut aller chercher de nouvelles liquidités. Ce qui est inquiétant, c’est que cet argent servira au fond de roulement», a analysé Bertrand Schepper, chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).

Au printemps 2018, MYM Neutraceuticals annonçait la construction d’un site de 1,5 million de pieds carrés pour cultiver du cannabis médical. La compagnie parlait à l’époque d’investissements de 200 millions de dollars et la création de 400 emplois. Mais depuis l’automne dernier, les travaux sont interrompus et il ne se passe plus rien sur place. «Depuis un an je dirais, il n’y a plus de va-et-vient. C’est désert », indique Johannie Lessard, une voisine dans le 2e rang. Au village, les bâtiments de l’entreprise et de l’entrepreneur sont vides. L’entreprise est toujours en attente de son permis de Santé Canada.

À Weedon, l’espoir de voir le projet revenir sur les rails dégringole au même rythme que l’action. Mais Jacques Moffett, un citoyen qui détient des actions dans MYM, est plus optimiste: « L’action ne vaut presque plus rien, mais ça va remonter. Je suis confiant! »

Le maire de Weedon, Richard Tanguay, refuse de lancer la serviette, bien qu’il commence à être à bout de patience. «C’est très difficile d’avoir des réponses de Santé Canada. S’il y a un problème avec la compagnie, qu’on nous le dise et ça va s’arrêter là. Parce que présentement on joue avec l’espoir des gens», a-t-il dit.