/regional/montreal/montreal

Les casseroles de retour dans la métropole

Guillaume Cyr | Agence QMI

GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

Plusieurs dizaines de citoyens ont ressorti leurs casseroles, mardi, afin de se faire entendre sur la question environnementale dans plusieurs quartiers montréalais.

Les organisateurs de la manifestation monstre du 27 septembre, qui a réuni une foule record estimée entre 300 000 et 500 000 personnes à Montréal, se sont inspirés de la tradition argentine et de la crise étudiante de 2012 pour lancer une série de marches qui auront lieu chaque mardi.

«Telles des mères et grands-mères argentines dénonçant la faim et les mesures économiques injustes, nous, citoyens de la planète, sortons nos casseroles pour ne plus les ranger jusqu'à la victoire finale», pouvait-on lire sur la page Facebook de l’événement.

Première édition

Pour cette première édition, des marches ont eu lieu dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve et aux abords des stations de métro Jarry, Rosemont et Laurier.

L’un des coordonnateurs de la marche qui commençait à la station Laurier, Sébastien Dodge, était ravi de la participation populaire, et espère que la marche se répétera, malgré l’hiver qui arrive à grands pas.

«On espère que la marche prendra de l’ampleur lors des prochaines semaines. Nous (le collectif) l’organisons à 17 h 30 pour interpeller la population et les encourager à venir nous joindre à la sortie de leur travail», a-t-il expliqué.

D’ailleurs, quelques citoyens sont sortis de leur appartement pour embarquer dans la cohorte.

Bon déroulement

Sans embûche, la marche a duré environ pendant une heure, passant sur plusieurs artères du Plateau Mont-Royal.

Commençant sur la rue Laurier, les manifestants ont ensuite emprunté la rue Marquette, le boulevard Saint-Joseph et la rue Garnier, avant de mettre un terme à la marche à la Place des Fleurs-de-Macadam, site d'une ancienne station d’essence désaffectée de l'avenue du Mont-Royal.

La députée de Québec solidaire dans Mercier, Ruba Ghazal, était présente pour soutenir les manifestants dans leur démarche.