/regional/montreal/montreal

L’increvable boutique de téléavertisseurs

Louis-Philippe Messier | Agence QMI

GEN-BOUTIQUE-TELEAVERTISSEURS

CAMILLE DAUPHINAIS-PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Sur le Plateau-Mont-Royal à Montréal, une devanture de magasin arborant fièrement le mot «téléavertisseurs» depuis les années 1980 étonne les passants par son charme anachronique. Contrairement aux apparences, la compagnie Mobilité Plus a évolué et va bien; elle cherche même de nouveaux employés.

Même si elle ne vend plus de «pagettes» depuis belle lurette, la boutique de l’avenue du Mont-Royal persiste dans sa vocation.

Grâce à une application maison de «téléavertisseur virtuel» pour téléphone mobile baptisée Info-Page, développée depuis six ans et vendue depuis trois ans, la compagnie a gardé une part importante de sa clientèle institutionnelle, qui est considérable : municipalités, services d’incendies, hôpitaux, compagnies minières, forestières, garde côtière, etc.

«Nous avons su nous renouveler avec les nouvelles technologies pour garder une place de choix dans notre domaine, les communications urgentes», commente Raymond Gingras, qui a fondé la compagnie en 1986.

Application

L’application s'installe sur des téléphones intelligents, qu'elle peut d'ailleurs «ranimer» s'ils sont éteints et qu'il y a urgence. L'interface est gérée par l'employeur; par exemple un service incendie qui a des pompiers volontaires, et qui voudrait s'assurer d'avoir assez de répondants en cas de feu, sans passer par une multitude de canaux différents.

«Ça permet de gérer et de distribuer les alertes en une seconde et de voir les réactions des personnes jointes», explique Fabien Waterlot, un des quatre programmeurs derrière ce service.

«Des avocats qui ne veulent pas utiliser leur numéro personnel, des médecins qui portaient jadis une pagette à la ceinture et qui veulent être joignables sans utiliser leur ligne privée utilisent également nos services», résume Diane Hébert, gestionnaire de projet chez Mobilité Plus/Info-Page.

Fin d'une époque

Bell a cessé d’exploiter son réseau de téléavertisseurs le 30 juin dernier, et Mobilité Plus fera de même à compter du 31 octobre. Ce sera la fin de son service de téléavertisseur traditionnel, mais l’application a déjà pris le relais graduellement depuis trois ans. «Comme le phénix renaît de ses cendres, une nouvelle existence prometteuse commence pour nous», dit Mme Hébert.

Chaque fois qu’un nouveau client s’inscrit à l’application, un tintement se fait entendre sur l’ordinateur de Mme Hébert : ding! Pendant l’entrevue, les dings se succèdent. «Nous sommes rentables même si ce n’est qu’un début et nous visons le système médical au Québec et ailleurs au Canada», affirme Mme Hébert.

Info-Page a l’intention de recruter prochainement de nouveaux employés férus de téléphones intelligents pour assister les clients qui éprouvent des ennuis à configurer leurs appareils pour maximiser le fonctionnement de l’application. «Vos lecteurs peuvent nous envoyer leur CV», dit Mme Hébert.