/regional/estduquebec/cotenord

Une survivante lance un livre après la noyade de son conjoint

Alexandre Cantin | Agence QMI

Une femme de Sept-Îles qui a vu son conjoint et son beau-frère se noyer sous ses yeux a décidé de raconter la tragédie dans un livre, pour surmonter cette épreuve et vivre son deuil.

«Je suis contente du résultat. Si ça peut aider les gens, tant mieux», a expliqué Sonia Poirier, à la veille de la sortie du livre «la dernière vague de notre histoire».

En septembre 2018, les frères Bruno et Lucas Simard se sont noyés lors d’une sortie de pêche au lac Cacaoui, au nord de Port-Cartier, sur la Côte-Nord. Mme Poirier les accompagnait avec sa fille et une amie de celle-ci.

La chaloupe transportant les cinq comparses a chaviré sur le lac. Les deux hommes ont alors sombré dans les flots. Sonia Poirier et les deux adolescentes avaient tenté de leur porter secours, sans succès, avant de devoir se résigner à nager vers une île où elles ont survécu, au froid, toute une nuit, jusqu’à l’arrivée des secours.

«Une histoire comme celle-là, j’ai de la misère à le réaliser encore. Peut-être que je n’ai pas fait mon deuil encore. Mais il fallait que je revive tous ces moments. Pour moi, c’est comme si c’était hier», a décrit Mme Poirier.

L’écriture du livre est une étape de son deuil, tout comme l’a été la visite des lieux du drame en août dernier. Deux croix ont été plantées en l’honneur des disparus dont les corps n’ont pas été retrouvés.

«Tout était resté sur l’île. Les bâtons de bois qu’on avait installé pour écrire un SOS. Le lit que j’avais fait avec les sapins que j’avais arrachés. C’était vraiment un moment dur, mais, en même temps, il fallait que ce soit fait», a raconté la survivante.

Sonia Poirier a dû surmonter une épreuve insoupçonnée, soit celle de lire les commentaires déplacés sur les médias sociaux après les événements.

«Deux personnes sont décédées et se faire dire des mots méchants... que j’étais irresponsable, qu’on était des fous, tout est passé. Les doutes s’installent. À un moment, mes amies m’ont dit "ne lit plus cela, abandonne cela"».

Aujourd’hui, elle regarde en avant, même si elle souffre encore de douleurs morales et physiques. Elle espère que son témoignage donnera espoir à d’autres personnes endeuillées.