/news/elections

Andrew Scheer brandit la menace d’une coalition

Agence QMI

Au lendemain de son fervent plaidoyer pro-Québec, le chef conservateur Andreew Scheer s’est dit persuadé mercredi que les électeurs n’appuient pas l’idée d’une coalition formée par les libéraux et les néo-démocrates.

«Je suis très confiant que les Canadiens ne veulent pas une coalition entre le NPD et les libéraux. Ils vont voter pour un gouvernement conservateur majoritaire», a-t-il dit dans un aréna, à Essex en Ontario.

Le chef conservateur a dit n’avoir eu aucune discussion avec le Bloc québécois. Il a dit qu’il allait «continuer de parler aux Québécois directement pour gagner leur confiance [dans le but d’avoir] un gouvernement conservateur majoritaire avec une équipe extraordinaire du Québec», a-t-il ajouté.

M. Scheer a reproché au NPD d’avoir dénoncé aux côtés des conservateurs le gouvernement Trudeau dans le dossier SNC-Lavalin puis maintenant de piler sur leur principe parce qu’il entrevoit la possibilité d’avoir une place au pouvoir.

Il a aussi accusé Justin Trudeau de ne pas avoir su négocier un meilleur accord avec le président américain pour le nouvel accord de libre-échange en Amérique du Nord.

Certains militants conservateurs ont perturbé son point de presse en chahutant à certaines reprises les questions des journalistes ou lorsque le nom de Justin Trudeau était mentionné. Andrew Scheer a dû intervenir pour les calmer.

Le chef conservateur a aussi promis de renforcer les pouvoirs des chiens de garde parlementaires au cours de ses 100 premiers jours en plus d’imposer des pénalités sévères en cas d’infraction aux lois sur l’éthique.

«Les Canadiens veulent une imputabilité quand leurs dirigeants enfreignent la loi et brisent leur confiance, et c’est ce que je vais offrir», a dit Andrew Scheer.

Dans la même catégorie