/news/elections

Discours d'Andrew Scheer: «Je n’ai jamais vu ça dans l’histoire des campagnes»

TVA Nouvelles

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a livré un important discours, mardi à La Prairie, sur la place qu’il laisserait au Québec s’il était élu premier ministre. Si Mario Dumont a trouvé qu’il était bien ancré dans l’histoire, avec un bon contenu, il juge qu’il arrive trop tard dans la campagne.

Andrew Scheer a martelé qu’il sera l’allié des Québécois, qu’il travaillera avec François Legault. «Lorsqu’on parle des pouvoirs du Québec, vous êtes maîtres chez vous», a-t-il dit devant ses partisans.

«Ça reste pour moi un mystère qu’on ait pu arriver aussi tard avec un discours aussi majeur. Je n’ai jamais vu ça dans l’histoire des campagnes», a résumé Mario Dumont.

Le commentateur politique se questionne sur la stratégie du parti et il croit que des questions seront posées à la fin de la campagne.

«Comment on sort ça à six jours du vote, alors que 25 % de la population a déjà voté par anticipation ?, a-t-il dit. À mon avis, si tu as ça comme contenu et que tu veux livrer ça aux Québécois, il faut que t’installes ça avant le déclenchement.»

«C’est comme si tu voulais courtiser une fille, mais que tu attendais qu’elle soit fiancée pour lui dire», a imagé Mario Dumont.

Ce message avait peut-être même été entendu par les candidats conservateurs avant la campagne.

«Le lieutenant d’Andrew Scheer au Québec, Alain Rayes, a recruté une équipe de rêve. Je suis convaincu que quand il les a recrutés, il leur livrait ce genre de message.»

Dès le mois d’août ou au début septembre, Andrew Scheer aurait pu faire un grand discours comme celui-là et revenir sur ces idées à travers différentes entrevues, estime Mario Dumont. Un discours comme celui-ci en début de campagne aurait aussi pu aider le chef conservateur à arriver en meilleure position au premier débat en français.

Voyez le commentaire de Mario Dumont dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie