/finance/homepage

Gestion de crise chez Lowe’s-RONA

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

Les révélations entourant la délocalisation de 200 emplois du Québec vers l’Inde et les États-Unis ont provoqué une véritable onde de choc au siège social québécois de Lowe’s-RONA.

Interpelée par de nombreux travailleurs inquiets, la direction a publié un communiqué en contestant les informations publiées mercredi. «Contrairement à ce qu'affirment certains médias québécois, il n'y a aucun plan de transférer 200 emplois en technologie de l'information de Longueuil à Bangalore en Inde.»

Toutefois, les représentants de l’entreprise refusent toujours, depuis 2 semaines, toutes les demandes d’entrevue pour aborder le sujet. Lowe’s-RONA s’est aussi opposé à ce que le Journal de Montréal et TVA Nouvelles puissent parler à ses marchands et à ses fournisseurs, réunis au Palais des congrès jeudi et vendredi.

Transfert planifié

Nos sources, sous le sceau de la confidentialité, demeurent catégoriques: des gestionnaires québécois ont reçu le mandat de planifier le transfert des emplois en Inde et aux États-Unis.

Des dirigeants québécois ont même déjà rencontré leurs homologues indiens afin de planifier cette transition au cours de la prochaine année.

Pas le choix

Par communiqué, l’entreprise a précisé que ces révélations «insécurisent indûment de nombreux employés du siège social de l'organisation».

Selon le président de l’agence Camden Publicité, Mathieu Bédard, Lowe’s-RONA n’avait pas d’autres choix que de contester publiquement ces révélations. « Dans un cas comme celui-là, on fait appel à de la gestion de crise. C’est un peu se faire prendre les culottes baissées», analyse-t-il. C’est très rare qu’une entreprise ira avouer qu’elle va délocaliser un siège social. Elle va nier et tenter de réduire graduellement les impacts de ces annonces.»

Pas de garanties

Inquiet de la situation, le premier ministre a confirmé mercredi n’avoir reçu aucune garantie de la part du quincailler. «On n’en a pas. [...] On va essayer de voir avec RONA ce qu’on peut faire», a laissé tomber François Legault.

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon a estimé qu’il revient au fédéral de s’assurer que le transfert de certains emplois en Inde s’effectue dans les règles.

«Il y a des engagements qui ont été pris au fédéral. C’est à lui de déterminer si Lowe’s respecte ses engagements», a dit le ministre.

Dans la même catégorie