/news/world

La nouveau-née enterrée vivante «va bien»

Agence France-Presse

La nouveau-née découverte enterrée vivante en Inde «va bien», a indiqué mercredi l'un de ses médecins, alors que la police a lancé une traque pour retrouver ses parents.

Le bébé prématuré, alors âgé d'environ huit jours et pesant seulement 1,1 kilo, a été découvert jeudi dernier enterré dans un pot en terre cuite par un homme venu inhumer sa propre fille mort-née. Les faits sont survenus dans un village du grand État pauvre d'Uttar Pradesh, dans le nord de l'Inde.

Hospitalisée dans un établissement spécialisé, l'enfant reste dans un incubateur. Un responsable politique controversé a offert de payer ses frais médicaux et de l'adopter.

Ravi Khanna, un docteur traitant la fillette, a indiqué à l'AFP que la patiente était «hors de danger» et avait significativement pris du poids.

«Elle va bien et répond aux médicaments et se nourrit», a-t-il déclaré.

Médecins et policiers estiment que l'enfant est restée plus de deux jours dans le pot, enterré profondément et avec des trous permettant à l'air de passer.

Les forces de l'ordre passent au peigne fin les villages alentour pour trouver des cas de maternité récents et mettre la main sur ses parents.

«Nous avons ouvert une procédure pour tentative de meurtre et une pour mise en danger de la vie de l'enfant contre les parents inconnus», a déclaré à l'AFP l'enquêteur principal Pradeep Singh.

Une fois sorti de l'hôpital, le nourrisson devrait être placé dans un foyer tenu par le gouvernement.

Mais un responsable politique local du parti du premier ministre Narendra Modi a proposé d'adopter cette «miraculée» et a annoncé qu'il allait bientôt commencer les démarches administratives en ce sens.

«Pouvez-vous imaginer une nouveau-née survivant à une telle situation pendant tant de jours? Elle est envoyée par Dieu et j'ai décidé de l'adopter», a dit Rajesh Kumar Mishra à l'AFP.

Ce même membre de l'Assemblée législative d'Uttar Pradesh s'était vu accusé en juillet par sa fille d'avoir envoyé des hommes de main pour la tuer ainsi que son mari, issu d'une caste différente.

Le couple a rompu les relations avec l'élu et vit caché.

L'histoire de la fillette enterrée vivante met une nouvelle fois en lumière le drame des infanticides féminins en Inde.

L'infanticide des filles est un vieux fléau dans le pays de 1,3 milliard d'habitants, où elles sont vues comme une charge financière pour la famille, tandis que les garçons sont perçus comme des investissements puisqu'ils pourront par la suite soutenir leurs parents.

L'Inde essaye de combler à coup de lois sévères le déficit de filles dans le pays, avec un ratio des sexes de 940 femmes pour 1000 hommes lors du dernier recensement de 2011.

Dans la même catégorie