/news/politics

Plomb dans l’eau: Québec ignore si les normes désuètes seront changées

Charles Lecavalier | Agence QMI

Le gouvernement Legault n’a pas pu dire s’il moderniserait ses normes désuètes en matière de détection du plomb dans l’eau, mais promet une «rencontre» entre les différents ministères.

«On organise une rencontre à ce moment-ci entre le directeur de la Santé publique, le ministère de la Famille et le ministère de l’Éducation et le ministère de l’Environnement», a dit la ministre de la Santé Danielle McCann mercredi.

Mme McCann n’a pas pu dire à quel moment une décision serait communiquée à la population. «Le plus rapidement possible, mais je ne veux pas commenter davantage, car je ne veux pas faire d’erreur», a-t-elle indiquée en mêlée de presse à l’entrée du conseil des ministres. Elle souligne que ces normes sont la responsabilité du ministère de l’Environnement.

Le Devoir a révélé au matin que les méthodes utilisées pour mesurer le plomb dans l’eau potable de tous les Québécois camouflent des résultats élevés et «potentiellement dangereux pour la santé». Cette situation est connue des autorités puisque Santé Canada a fait pression sur le gouvernement du Québec pour qu’il modifie son approche.

Mme McCann affirme que la rencontre interministérielle n’a rien à voir avec les articles de journaux sur cette question. «On veut établir une ligne de conduite très claire. On était déjà en action. On le savait», a-t-elle indiqué.

Au centre de cette affaire: une norme désuète. Au Québec, les échantillons d’eau récoltés pour réaliser des tests de plomb sont prélevés après avoir laissé le robinet couler pendant cinq minutes. Pourtant, pour mesurer le niveau d’exposition moyen à cette substance toxique, Santé Canada préconise un échantillonnage après 30 minutes de stagnation.

Québec est la seule province qui utilise ce vieux test. Mme McCann n’a pas été capable d’expliquer pour quelle raison. Pour montrer que son gouvernement prend la question au sérieux, elle a mentionné que le ministre de l’Éducation a commandé des tests de qualité de l’eau dans les écoles du Québec. Ces tests ont cependant été demandés après la publication d’un reportage du quotidien La Presse.

Danielle McCann veut toutefois se faire rassurante: «La santé de nos enfants est notre priorité. Le directeur de la santé publique est très au courant de ce dossier», a-t-elle ajouté.