/regional/sherbrooke/estrie

Alexander Galt: des élèves marchent pour réclamer une école plus sécuritaire

Jasmin Dumas | Agence QMI

Les élèves de l’École secondaire régionale Alexander Galt de Sherbrooke sont sortis dans la rue jeudi midi pour réclamer «une école plus sécuritaire». Cette manifestation, à laquelle des parents ont pris part, est survenue deux jours après qu’une adolescente eut été menacée de mort à la pointe d’un couteau par un autre élève, en pleine récréation.

Plus d’une centaine d’élèves ont scandé haut et fort le slogan «Make school safe» («Rendez l’école sécuritaire») pour réclamer des actions concrètes de la part de la direction de l’école.

Les jeunes dénoncent la décision de la direction de n’avoir retiré que temporairement l’adolescent qui aurait menacé Lenya Lemoine à la pointe d’un couteau.

«Il faut qu’il soit expulsé de l’école. Nous ne voulons plus le revoir ici», a dit une élève en entrevue avec TVA Nouvelles. Plusieurs tenaient le même discours.

Absente de l’école depuis qu'elle a été menacée de mort, Lenya Lemoine s’est rendue sur place pour manifester avec ses camarades de classe.

«Ça me touche de voir que les gens prennent la cause à cœur. Ça m’encourage à revenir à l’école», a indiqué l’élève, qui disait la veille être envahie par la peur et ne pas vouloir retourner en classe.

Des parents ont également participé à la manifestation pour dénoncer l’inaction de la direction de l’école en matière de lutte contre l’intimidation.

«Ma fille dîne dans la salle de bain depuis le début de l’année. C’est le seul endroit où elle est tranquille. On a beau faire des plaintes, demander des rencontres, il ne se passe rien», a déploré Monica Whitehead, mère d’une élève de 1re secondaire.

En fin d’après-midi jeudi, la Commission scolaire Eastern Townships n’avait toujours pas réagi.

Concernant l’événement de mardi, l’enquête criminelle se poursuit. Le Service de police de Sherbrooke confirme qu’aucune arrestation n’a été effectuée pour le moment.