/news/elections

Au Québec, libéraux et bloquistes au coude-à-coude

TVA Nouvelles

Le Bloc en pleine ascension. Les libéraux en recul. Les conservateurs en chute. Les néodémocrates en légère montée. Un sondage Léger-TVA, mené exclusivement au Québec, démontre que la bataille se corse, et qu’elle pourrait réserver plusieurs surprises à quatre jours du scrutin.

Libéraux et bloquistes sont au coude-à-coude, récoltant 31% des intentions de vote chez les électeurs au Québec. Suivent les conservateurs (16 %), les néodémocrates (14 %), les verts (6 %), et le Parti populaire de Maxime Bernier (2 %).

Intentions de vote Québec

 

L’aiguille des sondages a bougé depuis la première semaine de campagne. Les bloquistes ont pris la pôle position en Montérégie (39 %), dans Lanaudière/Laurentides (45 %), dans le Centre-du-Québec (36 %). 

Dans l’Est-du-Québec, une lutte à trois se dessine. Le Bloc devance les libéraux (32 % contre 29 %) et les conservateurs sont non loin derrière (24 %). Le parti d’Andrew Scheer mène dans les intentions des électeurs de la Capitale-Nationale, avec une avance 6 % face aux troupes d’Yves-François Blanchet.

 

Le parti de Justin Trudeau arrive premier dans la région de Montréal (43 %), loin devant le Bloc (22 %). Les néodémocrates arrivent bon troisièmes, avec 17 % d’appuis. 

«La bataille n’est plus nationale, elle est rendue régionale», souligne le sondeur Jean-Marc Léger.

Chez les francophones, les bloquistes détiennent 39 % des intentions de vote, contre 24 % pour les libéraux, une avance «significative» de 15 points, estime Jean-Marc Léger.

«Le Bloc a marqué des points un peu partout. Il est parvenu à reconquérir les bastions caquistes.»

Conservateurs en chute

Les intentions de vote des conservateurs se sont effritées à l’échelle du Québec. Depuis le mois de juillet, elles ont chuté de 8 %. Pendant ce temps, les libéraux ont perdu 6 % des appuis. Le Bloc (+13 %) et le NPD (+ 5) ont pour leur part enregistré des gains importants depuis le début de la campagne.

«Quand la magie prend, en politique, la tendance est partie. Elle ne tournera pas, ça je vous le garantis. Est-ce qu’elle va ralentir? On verra d’ici lundi», explique M. Léger.

Autre mauvaise nouvelle pour le chef conservateur, seulement 12 % des 3003 Québécois sondés estiment qu’il ferait le meilleur premier ministre.

Meilleur PM

 

Au Québec, 51 % des répondants se disent «inquiets» par le retour éventuel des conservateurs au pouvoir à Ottawa, contre 35 % devant l'éventualité d'un nouveau mandat libéral. Pourtant, au lancement de la campagne, ces chiffres étaient à peu près les mêmes, note Jean-Marc Léger.

«M. Trudeau est parvenu à marquer des points, à faire peur aux gens à l’égard des conservateurs dans la majorité des régions du Québec», note-t-il.

Par ailleurs, les indécis sont de moins en moins nombreux à l’approche du 21 octobre. Près de trois électeurs sur quatre indiquent que leur choix est définitif.

Dans la même catégorie