/regional/montreal/montreal

Montréal veut réduire de 20% les déchets produits d'ici 2030

Guillaume Pelletier | Agence QMI

SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC /AGENCE QMI

La Ville de Montréal souhaite réduire de 20% la quantité de déchets produits sur son territoire d'ici 2030, notamment en collectant le compost dans tous les immeubles résidentiels et en empêchant les commerces de jeter la nourriture et les vêtements invendus.

Déjà, entre 2010 et 2018, la production moyenne de matières résiduelles par Montréalais a diminué, passant de 534 à 465 kilos par année.

Pour la responsable de la transition écologique et de la résilience au comité exécutif, Laurence Lavigne Lalonde, un effort supplémentaire est nécessaire afin d'atteindre la cible de production de 350 kilos par habitant visée par l'administration montréalaise pour 2030.

«Il faut modifier nos habitudes. C'est ce que demandaient plus de 500 000 jeunes dans les rues de Montréal le 27 septembre dernier», a-t-elle précisé jeudi lors de la présentation du Plan directeur de gestion des matières résiduelles 2020-2025. À l’heure actuelle, la Ville n’est pas en mesure de chiffrer précisément le budget qui sera nécessaire à la mise en place de ce plan.

Compost

D’ici la fin de l’année, Montréal compte terminer d’instaurer la collecte du compost dans les immeubles de huit logements et moins, et se laisse encore six ans pour la mettre en place dans les immeubles de neuf logements et plus. Il était impossible jeudi de connaître les coûts de cette opération.

D'ici 2025, Montréal souhaite aussi que l'ensemble des établissements de santé et d'enseignement puisse collecter leurs restes de tables. Une vingtaine d'écoles participent actuellement à un projet pilote avec la Ville afin de trier les différentes matières.

Commerçants

La Ville compte aussi empêcher les commerçants de jeter la nourriture et les vêtements invendus, leur demandant plutôt d’en faire don à des organismes de charité. Une fois qu’une règlementation en ce sens sera en vigueur, des amendes pourraient être distribuées aux fautifs, mais Montréal ne souhaite en émettre qu’en dernier recours, privilégiant la sensibilisation.

L'atteinte des nouvelles cibles de la Ville est d'autant plus importante alors que le seul centre d’enfouissement de la région de Montréal, situé à Terrebonne, sera saturé d'ici 2029, a rappelé l’administration Plante.

L'indice du prix moyen des matières recyclables rend également difficile la rentabilité des opérations des centres de tri. Leur valeur est passée de 154 $ à 20 $ par tonne entre janvier 2017 et septembre 2019, selon les chiffres présentés dans le document de la Ville.

Dans la même catégorie