/news/currentevents

Séquestrée et ligotée pendant plusieurs semaines dans un appartement

Jean-Francois Desbiens | TVA Nouvelles

Un homme de 28 ans a été formellement accusé cet après-midi à Sherbrooke de voies de fait, voies de faits armés, séquestration et menaces de mort à l'endroit de sa nouvelle conjointe.

L'homme aurait séquestré une femme de 36 ans pendant plusieurs semaines. La plaignante avait emménagé avec lui dans un immeuble à logements de l'ouest de la ville, il y a quelques mois.

Après son bref passage devant le tribunal, l'accusé, dont on doit taire l'identité afin de protéger celle de la victime, a été confié à l'unité de psychiatrie légale pour des fins d'évaluation sur son aptitude à comparaître.

Selon ce que l'enquête policière démontre, par moment, l'individu aurait ligoté la présumée victime avec des attaches de plastique, communément appelées «ty-rap». En plus de la battre physiquement et de l’avoir privée de nourriture, il serait allé jusqu'à lui raser les cheveux afin de la «rendre moins attirante» aux dires de cette dernière.

«Il lui aurait dit qu'il allait la tuer si jamais elle osait le quitter», a relaté le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Garder prisonnière dans leur logement, les rares fois où la victime en sortait, elle était toujours en compagnie de l’accusé, elle était toujours en compagnie de l'accusé, ont confié des voisins à TVA Nouvelles.

«Il [l'accusé] m'a déjà demandé si j'entendais du bruit étrange en provenant de son logement. Si elle faisait du vacarme anormal ?» a raconté un voisin de palier.

«Les seules fois où j'ai vu la femme qui avait une longue chevelure sortir de l'immeuble, c'était en compagnie de l'homme. Elle ne parlait jamais, me paraissait très maigre et son teint était très pâle» a renchéri l'homme qui souhaitait garder l'anonymat.

L'accusé devrait revenir en Cour le 24 octobre au terme de son évaluation psychiatrique.