/news/elections

Bernier prend des accents nationalistes

Taïeb Moalla | Le Journal de Québec  

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Conscient de la montée du Bloc québécois (BQ) dans les sondages, Maxime Bernier a courtisé les «Québécois nationalistes» en affirmant que seul le Parti populaire du Canada (PPC) répond à leurs besoins.

C’est ce que le chef du PPC, entouré de ses candidats dans la région de Québec, a indiqué vendredi lors d’un point de presse dans le secteur de Sainte-Foy.

«C’est mon appel que je fais aux nationalistes québécois et aux nationalistes de partout à travers le pays. Regardez notre plateforme. Avec nous, c’est un fédéralisme renouvelé, respectueux de la constitution canadienne et surtout respectueux des champs de compétence du gouvernement du Québec», a-t-il insisté.

Immigrants

M. Bernier a ajouté être sur la même longueur d’onde que le premier ministre du Québec, François Legault, en ce qui a trait à l’abaissement du seuil d’immigrants et à la nécessaire priorisation de l’immigration économique.

«Seulement 26 % des immigrants au Canada sont des immigrants économiques, et 74 %, ce sont des dépendants. On veut changer ces ratios-là (et) avoir un seuil d’immigration plus bas : 150 000 par année (au Canada), et 50 % de ces gens-là devraient être des immigrants économiques», a précisé le chef du PPC.

De bons espoirs

Affirmant «ne pas croire les sondages » qui donnent un maigre 2 % à son parti à travers le Canada, M. Bernier s’est dit « assez optimiste pour un résultat positif pour un nouveau parti qui s’est installé sur la scène fédérale».

Tout en admettant qu’il ne soit pas premier ministre du Canada au soir du 21 octobre, Maxime Bernier a néanmoins soutenu que son parti réussira à faire élire «plus qu’un député».

Le PPC présente 315 candidats dans les 338 circonscriptions canadiennes.

Andrew Scheer

M. Bernier a d’ailleurs lancé une flèche au chef conservateur Andrew Scheer, qui a affirmé — lors d’un des débats des chefs — que le député sortant de Beauce perdra son siège.

«Il (M. Sheer) est en Beauce aujourd’hui (samedi) pour aider son candidat (Richard Lehoux). Je pense qu’il s’aperçoit que son candidat ne sera peut-être pas élu comme il le pensait», s’est amusé Maxime Bernier.

Évoquant le scénario probable d’un gouvernement minoritaire, M. Bernier croit que «des députés du PPC peuvent jouer un rôle important» dans cette perspective, sans pour autant «embarquer dans un gouvernement de coalition».