/news/law

L’acteur Carl Marotte poursuit son ancien agent pour 34 000$

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

ARCHIVES/GHYSLAIN LAVOIE/JOURNAL DE MONTRÉAL

Carl Marotte, l’acteur qui a incarné le fameux Pierre Lambert de la série culte Lance et compte, réclame à son ancien agent près de 34 000 $ pour des cachets qui auraient été encaissés à son insu.

«En fin d’avril 2019 [Carl Marotte] a découvert que sa signature a été contrefaite pour endosser des chèques qui ont été envoyés à [son agent Luc Myre] pour son compte relativement à diverses prestations», peut-on lire dans la poursuite du comédien – qui est aussi apparu dans La misère des riches – déposée le 2 octobre au palais de justice de Montréal.

En découvrant le pot aux roses, M. Marotte a réalisé qu’il n’a pas pu mettre la main sur la coquette somme de 33 912,61 $ en cachets à cause de la fraude alléguée subie.

La période durant laquelle des chèques ont été encaissés sans qu’il s’en rende compte n’a pas été précisée, ni le nombre de chèques en cause.

Entente à l’amiable

La requête soutient également qu’il a été possible d’en arriver au courant de l’été à une entente à l’amiable entre l’artiste de 60 ans et son agent qui l’a représenté de nombreuses années.

Or, le litige persiste encore à ce jour.

«La considération d’un règlement amiable de la présente affaire a abouti à une proposition de quittance à la demande du défendeur dont les termes n’ont aucunement été honorés par lui à date», déplore-t-on dans le document de cour.

Les fins détails de ce qui avait été conclu n’ont toutefois pas été décrits.

Voyant que son agent ne se conformait pas à l’accord établi quelques jours auparavant, Carl Marotte l’a mis en demeure pour qu’il s’exécute.

Une employée fautive

Luc Myre aurait alors reconnu dans un courriel «la malversation d’une de ses employées relativement aux fonds destinés» à Carl Marotte, indique la poursuite.

L’identité de la personne qui aurait commis la fraude alléguée n’y est pas révélée.

L’acteur qui était surnommé «Le Chat» dans Lance et compte a tout de même été obligé de se tourner vers les tribunaux pour revoir la couleur de son argent, puisque son agent «refuse ou néglige de payer» la somme qui est réclamée.

En plus de la somme de 33 912,61 $ et des intérêts, M. Marotte réclame des indemnités qui n’ont pas été chiffrées dans la poursuite.