/news/elections

Les conseils d'Emmanuelle Latraverse aux chefs pour le dernier droit

TVA Nouvelles

À trois jours du vote, comment les chefs peuvent-ils convaincre la poignée d’indécis qui subsistent au Canada de leur accorder leur confiance? Emmanuelle Latraverse leur offre ses conseils alors que s’amorce le dernier droit de la campagne.

Justin Trudeau

Le premier ministre sortant doit absolument «mettre dans une boîte» le télésouffleur et parler aux électeurs avec son cœur. «C’est dans ces moments-là qu’il est bon, qu’il est convaincant, rappelle l’analyste politique. L’un des plus gros défis de M. Trudeau dans la campagne, ça a été la question de l’authenticité et du double discours. Avec le télésouffleur, il a l’air de dire des lignes, ça ne marche pas.»

Justin Trudeau doit également «donner une raison aux gens d’aller voter», croit Emmanuelle Latraverse. Pour y parvenir, il doit revenir à son bilan. «Juste être dans la critique, ça ne marche pas. [...] Objectivement, il y a une partie de son bilan qui est bon», affirme-t-elle.

Andrew Scheer

Emmanuelle Latraverse recommande au chef conservateur de «sortir sa famille» lors des prochains jours, et ce, pour deux raisons.

«Il y a la raison stratégique : M. Scheer aussi a un problème d’authenticité. Les gens ne le croient pas, explique-t-elle. Quand je vois cet homme-là avec sa femme et ses cinq enfants, je vois un chef qui s’assume et qui est bien avec qui il est. Je pense que les gens ont besoin de ça pour s’embarquer à voter pour quelqu’un.»

L’analyste juge également que le chef conservateur est indéniablement meilleur lorsqu’il est entouré de sa famille. «Il est plus à l’aise, plus souriant, plus détendu, moins robotisé. Sans compter que sa plus petite fille, dans les bras de sa mère, est tellement mignonne.»

Le chef conservateur aurait également intérêt à faire beaucoup plus d’activités d’ici la fin de la course, particulièrement dans les circonscriptions serrées où existent des courses à trois.

Jagmeet Singh

Le chef néodémocrate doit mettre de l’avant son charisme, mais éviter les points de presse, dit Emmanuelle Latraverse.

«Quand il se lance dans des points de presse plus longs, il a moins de profondeur. Un peu comme M. Legault dans la dernière campagne», soulève-t-elle.

Jagmeet Singh doit enchaîner les rallyes avec ses partisans et se concentrer sur un message simple afin de créer ce qu’elle appelle un «tunnel of love» (tunnel d’amour).

Yves-François Blanchet

Le chef bloquiste ne doit rien changer de sa campagne «extérieure», mais doit absolument trouver des bénévoles afin de faire sortir le vote, estime Emmanuelle Latraverse.

«C’est une campagne cendrillon. Ils ont fait campagne sans moyen, sans argent, sans monde, rappelle Emmanuelle Latraverse. Dans des courses serrées où les autres ont des machines et où les autres ont investi, est-ce que l’effet Blanchet va permettre aux gens d’aller voter?»

«Je pense qu’il y a des gens qui vont être élus pour le Bloc lundi qui, quand ils ont donné leur candidature, le faisaient pour rendre service au Bloc, mais ils n’auraient jamais rêvé à ça. Comme dans la vague orange», ajoute l’animateur Mario Dumont.

Dans la même catégorie