/news/politics

Québec va bonifier son programme d'aide sociale

Alain Laforest | TVA Nouvelles

Deux ans après la mise en place de la réforme de l’aide sociale qui avait créé beaucoup de remous, le ministre du Travail et de la Solidarité sociale va bonifier son programme afin de permettre l’intégration de 25 000 prestataires au marché du travail.

En entrevue à TVA Nouvelles, le ministre Jean Boulet s’est fait catégorique.

«J'ai l'intention de développer un parcours personnalisé et adapté à leur profil, un peu comme je le fais pour la Grande corvée», explique-t-il.

«Nos agents d'aide à l'emploi vont entrer en communication avec ces personnes. On va éventuellement les rencontrer, connaitre leur profil, leur qualification. Parfois ce sont des personnes qui sont isolées, itinérantes qui ne savent pas comment faire. J'ai l'intention de raffermir ce programme en trouvant de nouveaux incitatifs.»

Un moyen de palier à la pénurie de main-d’oeuvre

Selon les données fournies par le ministre de la Solidarité, 110 000 des 160 000 prestataires d'aide sociale n'ont aucune contrainte à l'emploi, d’où l’importance de leur permettre de retourner à la vie active.

En juillet 2019, il y avait 6500 participants au programme objectif emploi.

Le ministre Boulet veut également mettre de l’avant des incitatifs pour 120 000 jeunes qui ne suivent aucun parcours scolaire et ne reçoivent aucune prestation d’aide sociale.

«Je veux avoir un plan d'action pour les intégrer le plus rapidement possible dans le marché. J'ai déjà une subvention qui permet aux entreprises qui embauchent des jeunes. On va leur rembourser 50% du salaire du jeune jusqu'à concurrence du salaire minimum afin de favoriser leur intégration», dit le ministre Boulet.

Le ministre de Solidarité est plus que positif. Selon lui, le nombre d’assistés sociaux n’a jamais été aussi bas au Québec. Cette année, on ne compte que 5,5% d’assistés sociaux dans la population active, comparativement à 5,8% l’an dernier. En Ontario, ils représentent 8,2%.