/news/currentevents

Un trafiquant de haut niveau victime d'une purge

Éric Thibault et Félix Séguin - Bureau d'enquête

FD-MEURTRE-TERREBONNE

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Un trafiquant de haut niveau qui était tombé en disgrâce auprès des Hells Angels s’est fait tuer par balle près de sa résidence à Terrebonne, hier matin, victime d’une purge interne.

La thèse d’un règlement de compte à l’interne pour expliquer le meurtre de Gaétan Sévigny était écrite dans le ciel pour les policiers, selon des informations obtenues par Le Journal et notre Bureau d’enquête.

Les forces de l’ordre ont récemment reçu des renseignements émanant du milieu criminel, voulant que les Hells aient l’intention de « faire le ménage » dans le marché des trafiquants de drogue sur la couronne nord de Montréal.

Ce soi-disant ménage viserait plus précisément les villes de Repentigny, de Mascouche et de Terrebonne, où la victime de 51 ans a été abattue hier en face de sa maison située rue du Général, vers 10 h 15.

Sorti de prison en juin après trois ans et demi de détention, Sévigny tentait apparemment de « reprendre » ce territoire de vente de cocaïne qu’il avait perdu depuis son arrestation en 2015 lors de l’opération policière Magot-Mastiff, d’après nos sources.

Ce coup de filet semble avoir laissé un goût amer dans la bouche des motards puisque leurs trafiquants, sur la Rive-Nord et dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, s’étaient notamment fait piéger par deux criminels complices qui ont décidé de collaborer avec la police.

Depuis deux ans, au moins trois proches des Hells dont les noms ont alimenté cette enquête ont été éliminés dans des purges internes.

Comme son ami

L’un d’eux était l’ex-motard Sébastien « Bass » Beauchamp. L’ancien porte-couleurs­­­ des Rockers, un défunt club-école des Hells, a été tué par balle près d’une station-service du quartier montréalais de Saint-Léonard, le 20 décembre 2018. 

Beauchamp et Sévigny étaient « des amis » que les policiers ont souvent enregistrés ou observés ensemble lors de l’enquête Magot-Mastiff, d’après des documents judiciaires obtenus par Le Journal.

De plus, un complot de meurtre visant une quatrième cible liée au projet Magot-Mastiff a récemment été déjoué par les policiers de la Sûreté du Québec et de Montréal, selon nos informations.

Taxe aux Hells

En menant cette enquête entre 2013 et 2015, les policiers avaient constaté que Gaétan Sévigny en menait large dans le crime organisé, lui qui versait aux Hells une « taxe » mensuelle de 4500 $ lui permettant de vendre des stupéfiants avec l’aval des motards.

Le trafiquant, qui a déjà possédé une entreprise de remorquage, a notamment été observé aux funérailles des Hells Angels Gaétan Comeau et Rénald Custeau.

Sévigny brassait des affaires avec le Hells André « Frisé » Sauvageau, lui aussi accusé dans Magot-Mastiff, mais décédé en prison avant d’avoir été jugé, l’été dernier.

Les policiers l’ont aussi vu défoncer l’année 2014 dans un hôtel de l’ouest de la métropole en compagnie du chef de gang Gregory Woolley, lui-même condamné à huit ans de pénitencier à la suite de cette enquête.

Hier, Sévigny a également connu le même sort qu’un autre trafiquant qui était membre de sa famille, d’après des documents de cour. 

Lui et Yvon Lafond en étaient toutefois venus aux poings après s’être disputés dans un restaurant-bar de Terrebonne, le 13 juin 2013.

Criblé de 12 balles

Lafond, un adepte de culturisme âgé de 31 ans, « aurait eu l’avantage au niveau physique et verbal sur Sévigny », a écrit un sergent détective dans une déclaration assermentée.

Quinze jours plus tard, Lafond mourait criblé de 12 balles de calibre 9 mm en arrivant chez lui à L’Assomption. 

Quatre jeunes membres d’un gang de rue furent arrêtés quelques minutes après la fusillade puis condamnés à l’emprisonnement à perpétuité pour avoir participé à ce meurtre.

* La Sûreté du Québec, qui tentera d’élucider le meurtre de Gaétan Sévigny, a tenu à préciser que ce crime n’est pas relié aux arrestations d’un groupe de présumés tueurs de la mafia montréalaise, effectuées mercredi.

Dans la même catégorie