/news/world

Atterrissage d’urgence d’un vol Air Transat à Paris

Agence QMI

GEN-AIR-TRANSAT

Joël Lemay / Agence QMI

Le vol d’Air Transat TS571 reliant Venise, en Italie, à Montréal, a dû se poser d’urgence à Paris samedi après qu’un feu se soit déclenché à bord.

Selon le site de surveillance aérienne Flightradar24, l'Airbus A330-200 a demandé un atterrissage d'urgence à l’aéroport Charles-de-Gaulle pour une urgence générale, 55 minutes après le décollage, vers 7 h 30, heure de Montréal.

De la fumée et des étincelles sous le plancher de l’avion, à la hauteur des toilettes, ont forcé l’équipage à prendre cette décision, selon des passagers du vol joints par l’Agence QMI.

«On aurait dit un court-circuit. Les agents de bord se sont activés et ils ont pu en venir à bout. Puis, quand on était en train de descendre, ça a recommencé, alors ils ont sorti l’extincteur. Ils en ont vidé un et ont eu besoin d’en sortir un autre», a raconté Francis Malorni, qui était assis avec sa conjointe à quelques rangées de l’incendie.

Les autres passagers avec qui on a pu communiquer ont indiqué qu’aucune panique ne s’est manifestée dans l’appareil. De plus, selon eux, personne n’aurait été incommodé par la fumée.

Une fois posé à l’aéroport Charles-De-Gaulle, l’avion est demeuré dans un lieu isolé pendant 45 minutes afin que les pompiers puissent s’assurer que l’incendie était bel et bien maîtrisé.

L’avion a ensuite pu se déplacer, avec pompiers et un médecin à bord, pour se garer à un terminal.

«Évidemment, on avait tous hâte de sortir, mais tout le monde est resté calme», a expliqué Francis Malorni, qui revenait d’un voyage de deux semaines en Italie.

Ses vacances se prolongeront finalement d’une journée. Tous les passagers du vol TS571 passeront la nuit à Paris, aux frais d’Air Transat, avant de regagner Montréal dimanche.