/finance/homepage

Des millions $ des Émirats arabes dans des centres de données d’ici

Francis Halin | Le Journal de Québec

PHOTO FRANCIS HALIN

Le bras financier du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Mubadala, finance à coup de centaines de millions $ une dizaine de centres de données de Cologix au Québec, a appris Le Journal.

« Ils vont être présents pour savoir ce qu’il se passe et être au courant des décisions. Ils vont avoir un siège sur le conseil d’administration », a confirmé au Journal le vice-président des solutions clients hyperscale de Cologix, Daniel Lorin.

Fin septembre, la Mubadala Investment Company, qui détenait plus de 229 milliards $ US d’actifs sous gestion l’an dernier, a investi 500 millions $ US dans l’américaine Cologix avec sa maison-mère Stonepeak Infrastructure Partners, qui reste l’actionnaire majoritaire.

Le PDG de Mubadala, Khaldoon Khalifa Al Mubarak, joue un rôle clé au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU).

L’homme d’affaires préside l’Abu Dhabi Executive Affairs Authority, qui conseille les plus hautes instances du royaume.

Cologix, qui a son siège social à Denver, au Colorado, détient une dizaine de centres de données d’importance dans la région montréalaise.

L’an dernier, la société a allongé des centaines de millions $ pour avaler les centres de la québécoise COLO-D.

Fondée par Patrick David, en 2013, COLO-D a connu un succès fulgurant chez nous en convertissant l’ancienne usine de Disque Améric de Drummondville et l’entrepôt de centre de distribution de Jean Coutu de Longueuil en centres de données.

Aujourd’hui, plus de 30 % des centres de données de Cologix sont situés au Québec, soit 10 sur 33. Au pays, Cologix abrite les services infonuagiques de gros joueurs comme Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure, Google Cloud et Oracle FastConnect.

Contrats publics

« Notre fournisseur d’énergie, Hydro-Québec, offre le troisième plus bas tarif d’électricité en Amérique du Nord », avance Cologix sur son site web pour attirer de nouveaux clients sous son toit.

Au fédéral, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) a déjà confié l’hébergement de ses données à Cologix, selon des documents consultés par Le Journal.

« On a potentiellement des clients qui sont des institutions financières canadiennes ou des agences gouvernementales canadiennes », a indiqué en entrevue le haut dirigeant de Cologix, Daniel Lorin, sans pouvoir les nommer pour des raisons de confidentialité.

Quand on demande à M. Lorin si le fait que ces centres stratégiques appartiennent à des intérêts américains et émiratis soulève des questions de sécurité, il répond que non parce qu’ils sont soumis aux lois canadiennes sur notre territoire.

« On ne touche pas aux données. On loue la place pour installer les ordinateurs. Ce qui se passe dans les ordinateurs, on ne gère pas ça, ce sont les utilisateurs de notre espace [qui le font] », a-t-il insisté, en ajoutant au passage se faire poser souvent la question.

Jointe par Le Journal, Mubadala a décliné nos demandes d’entrevue.