/news/elections

Les chefs enfilent les kilomètres en effectuant leur ultime blitz

Émilie Bergeron | Agence QMI

Les chefs fédéraux ont entamé le sprint final de leur campagne électorale respective, samedi, moins de 48 heures avant le scrutin de lundi.

À LIRE ÉGALEMENT

TVA Nouvelles sur la route avec les chefs

Ce qu'il faut retenir de la 39e journée de campagne

Le premier ministre sortant Justin Trudeau était de passage dans quatre provinces différentes, à commencer par l’Ontario, où il a visité des circonscriptions que les libéraux espèrent ravir aux conservateurs.

«Les gens veulent un gouvernement fort qui va tenir tête à ces conservateurs -  politiciens et premiers ministres - qui ne veulent rien faire dans la lutte aux changements climatiques, qui veulent les coupes et l’austérité plutôt que l’investissement dans la vie plus abordable pour les familles», a-t-il lancé au cours d’un arrêt à Hamilton.

Le chef libéral a invité les électeurs à donner un mandat fort à son parti, arguant une fois de plus qu’il vaut mieux élire un gouvernement progressiste plutôt qu’une opposition progressiste.

«Je suis très confiant que lundi, les Canadiens et les Québécois vont choisir de porter leurs valeurs et leurs espoirs pour l’avenir dans un gouvernement fort, libéral et progressiste», a-t-il ajouté.

En soirée, M. Trudeau se rendait à un rassemblement partisan à Winnipeg, au Manitoba, pour ensuite filer vers Calgary, en Alberta. Le chef libéral devait ensuite prendre l’avion dans la nuit pour se rendre en Colombie-Britannique, où il fera campagne dimanche.

C’est justement sur la côte Ouest que se trouvaient plusieurs adversaires de M. Trudeau, soit le chef néo-démocrate Jagmeet Singh et la leader des verts Elizabeth May.

M. Singh a insisté sur l’importance de combattre la crise d’accès à des logements abordables durant son passage à Vancouver.

«Les néo-démocrates vont se battre pour vous, contrairement aux conservateurs qui veulent couper dans les services et contrairement à M. Trudeau qui aime dire de belles paroles sans livrer la marchandise», a-t-il lancé à l’adresse des électeurs. M. Singh sera aussi dans la grande région de Vancouver dimanche.

Le chef conservateur Andrew Scheer, dont le parti est au coude-à-coude dans les intentions de vote avec les libéraux, fera aussi campagne en Colombie-Britannique. Samedi, il a toutefois concentré ses énergies dans la grande région de Toronto.

«Tournons la page sur un premier ministre qui a perdu, depuis longtemps l’autorité morale de gouverner et sur une [potentielle] coalition entre libéraux et néo-démocrates que nous ne pouvons pas nous payer», a-t-il dit.

M. Scheer a été sur la défensive une bonne partie de la journée, après que le «Globe and Mail » eut révélé que son parti ait fait affaire avec la firme de consultants d’un ex-stratège libéral pour mener une campagne de dénigrement contre Maxime Bernier et son Parti populaire du Canada.

Le chef conservateur s’est toutefois terré dans un mutisme, refusant de confirmer ou d’infirmer la nouvelle. Il a refusé de répondre à des dizaines de tentatives de journalistes d’obtenir un commentaire de sa part.

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a lui aussi enfilé les kilomètres en effectuant une série d’arrêts sur la Rive-Sud de Montréal et en Estrie. Il a insisté sur sa détermination à protéger la culture québécoise, rappelant notamment sa proposition d’éliminer la taxe de vente sur les livres.