/news/elections

Trudeau et Scheer attaquent les ambitions souverainistes de Blanchet

Agence QMI

Accusé de toute part de vouloir faire un autre référendum, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a dû se défendre dimanche, au lendemain d’un discours à saveur souverainiste.

Justin Trudeau, Andrew Scheer et Jagmeet Singh ont tous trois profité de leur fin de campagne à Vancouver pour lancer des flèches au Bloc québécois.

Pour le chef conservateur, «il est clair que le Bloc va mettre toutes ses ressources au service du Parti québécois et pour un nouveau référendum», a-t-il dit dimanche alors qu’il faisait campagne en Colombie-Britannique où la lutte est serrée.

«Un vote pour le Bloc est un vote pour un référendum», a ajouté M. Scheer, soulignant que le «Québec n’a pas besoin du prochain chef du PQ à Ottawa qui se prépare à affronter François Legault en 2022».

Lors d’un rassemblement partisan à Saint-Jean-Sur-Richelieu, le chef bloquiste Yves-François Blanchet s’est livré samedi soir à un vibrant appel pour la souveraineté du Québec.

«En attendant, nous devons reconnaître que le 21 octobre n’a pas ce thème comme enjeu fondamental. Nous l’aurons toujours dans le cœur et le temps viendra», a-t-il cependant précisé.

Selon le plus récent sondage Léger, le Bloc québécois obtient désormais 40 % des intentions de vote chez les francophones, alors que la formation souverainiste ne récoltait que 26 % des intentions de vote auprès du même groupe le 2 octobre.

Vieux débats

Non loin de Vancouver, à Port Moody, le chef libéral Justin Trudeau a accusé plusieurs fois son rival bloquiste de vouloir faire revivre de vieux débats. Selon lui, le Bloc n'a qu'une seule priorité, soit la souveraineté du Québec.

«Malheureusement, hier soir, on a vu le Bloc québécois nous rappeler que leur priorité, c’est la souveraineté du Québec. Ce n’est pas la lutte contre les changements climatiques, ce n’est pas de lutter contre les coupures conservatrices», a-t-il précisé.

Dimanche, Yves-François Blanchet ne s’expliquait pas les attaques de ses adversaires soutenant que ce n’était pas «le mandat de cette élection-ci». Il les a accusés d’agiter des épouvantails.

«Le Bloc québécois comme formation politique [...] va assurément faire la promotion de la souveraineté. Le Bloc québécois comme aile parlementaire à Ottawa n’a pas ce mandat des électeurs du Québec», a-t-il ajouté lors d’un point de presse où il a dressé le bilan de sa campagne tout en faisant une liste priorités dès le retour du Parlement, notamment sa volonté de déposer un projet de loi pour obliger Ottawa à respecter ses cibles.

Pour sa part, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a laissé entendre que le Bloc québécois ne voulait pas travailler avec les autres, notamment les progressistes du Canada.