/regional/quebec/quebec

Un parc de quartier transformé en projet immobilier?

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Des citoyens de L’Ancienne-Lorette, près de Québec, se sont mobilisés dimanche pour la conservation d’un parc que la Ville songe à vendre à des promoteurs immobiliers.

«Il faut sauver cet endroit-là, non seulement pour nos enfants, en ce moment, mais pour les enfants des 30 prochaines années. C'est un terrain qui n’est pas forcément complètement aménagé, mais qui est très, très utilisé. Donc, il faut le garder dans son ensemble», estime Benoit Daigle qui réside à proximité du parc.

Comme lui, nombreux ont été choqués quand ils ont mis au courant des plans de la Ville pour parc de la Rigolade, en septembre dernier.

Ils se sont rapidement mobilisés en faisant du porte-à-porte. Plus de 202 personnes sur 206 consultées dans le secteur ont signé une pétition papier s'opposant au changement de vocation du terrain.

Une pétition en ligne a reçu plus de 1800 signatures en quelques jours.

L’un des opposants à la vente du parc, François Labrecque souligne l’ironie de vendre un terrain vert à l’heure où la société cherche à encourager les jeunes à être à l’extérieur, et non devant un écran.

«On trouve que nos jeunes sont trop souvent dans les tablettes. C'est un espace qu'on veut conserver pour que nos enfants puissent justement courir, jouer et s'amuser»

La grogne prend sa source dans la réflexion des élus municipaux pour améliorer les finances publiques de la Ville. Certains modes de fonctionnements sont analysés dont la vente de certains lots inoccupés.

«On parle de terrains qui sont vacants. Il y a un espace vert adjacent au parc de la Rigolade qui est visé, mais c’est encore en discussion», a voulu nuancer Charles Guérard, conseiller municipal du district Saint-Olivier à L’Ancienne-Lorette, en entrevue à TVA Nouvelles.

L’élu municipal tiendra une rencontre d’information le 7 novembre.«Travailler pour les citoyens à l'hôtel de ville... Si les gens disent "non, on préfère qu'on joue au soccer là", bien, il existe d'autres solutions pour la bonne gestion des finances de la ville», a assuré le conseiller Charles Guérard