/news/society

Des cyclistes font des manœuvres illégales sur le boulevard de l’Acadie

Jean Balthazard | Agence QMI

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

L’intersection Jarry/Acadie serait mal configurée, selon des usagers quotidiens. Des dizaines et des dizaines de cyclistes traversent illégalement une artère achalandée de Montréal, stressant les automobilistes qui empruntent cette voie située aux limites de Ville Mont-Royal.

Les automobilistes qui tournent à gauche sur le boulevard de l’Acadie en provenance de la rue Jarry ont normalement priorité. Pourtant, des dizaines de cyclistes qui arrivent de Ville Mont-Royal traversent l’intersection en diagonale et se faufilent entre les véhicules pour gagner du temps (voir carte). Légalement, les cyclistes sont obligés de continuer leur chemin du côté nord de Jarry. Le camionneur Marc-André Sanscartier trouve qu'ils devraient en effet traverser en deux temps, comme la loi l’oblige. «C’est insouciant et dangereux», affirme-t-il.

«Plus efficace»

PHOTO COURTOISIE

Le résident de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, David Arias, fait partie des cyclistes qui effectuent cette manœuvre presque chaque jour. Il utilise son vélo pour se rendre au bureau dans l’arrondissement de Saint-Laurent, où se trouve le deuxième plus grand bassin de travailleurs à Montréal.

Tout se complique au retour du travail, car il n’y a aucun passage pour piétons (ligne jaune) qui permet de parcourir l'intersection Jarry/Acadie en ligne droite vers l’est. Deux options s’offrent aux cyclistes :

- Traverser l’intersection en deux temps, ce qui peut prendre trois minutes (lignes vertes).

- Traverser illégalement la rue en diagonale (ligne rouge).

David Arias, lui, n’hésite pas à traverser en diagonale puisque c’est plus rapide et efficace. «Ce n’est pas logique de traverser en deux temps, donc personne ne va le faire», croit-il.

Et David n’est pas le seul à effectuer cette manœuvre. En moins d’une heure, j’ai vu plus de 50 cyclistes traverser de cette façon, en pleine heure de pointe.

Solution pourtant simple

David Arias souhaite qu’un passage pour piétons soit implanté au sud de Jarry. Les cyclistes arrivant de l’ouest pourraient ainsi traverser légalement l’intersection en ligne droite. Pour un tel aménagement, il faudrait entre autres modifier le marquage au sol et les panneaux de signalisation, mais aussi ouvrir une partie de la clôture de Ville Mont-Royal et ajouter un trottoir autour de cette nouvelle entrée. «On a un problème qui est facile à régler, la solution est là», pense le cycliste.

J’ai contacté l’administration de Ville Mont-Royal, qui ne compte aucunement aller de l’avant avec cette suggestion. «La configuration actuelle, si elle est respectée, permet une protection maximale des piétons et des cyclistes», a confirmé un porte-parole par courriel. La Ville de Montréal qui gère une partie de l’intersection pense elle aussi «que la sécurité des lieux est assurée, en autant que les usagers respectent le Code de la sécurité routière».

Mais de toute évidence, les cyclistes ne suivent pas les indications, comme j’ai pu le constater.

Priorité cycliste?

L’Association des piétons et cyclistes de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension propose pour sa part un feu de circulation seulement pour les piétons et les cyclistes. Implanter un feu exclusif n’est pas la bonne solution, croit la spécialiste en sécurité routière, Marie-Soleil Cloutier. «Ça coûte plus cher à la municipalité en termes de temps, de trafic et de probabilité de congestion que d’ouvrir la clôture et de faire une deuxième porte», indique-t-elle.

Le Dr Patrick Morency, associé à la Direction de la santé publique de Montréal, rappelle que les blessures chez les cyclistes et les piétons sont concentrées sur les grandes artères, où il y a plus de deux voies de circulation.ENCADRÉ «Aidez-nous!»:

Chantiers qui traînent, intersections dangereuses, aménagements urbains absurdes, lâchez-vous lousse! Faites-nous part des situations qui irritent votre quotidien en joignant le groupe Facebook «Dans le trafic».