/news/politics

Dur de prédire l'issue du scrutin à Saguenay

Kate Tremblay et Valérie Fortin | Agence QMI

Le conservateur Richard Martel semblait se diriger vers une victoire facile au début de la campagne électorale, mais la remontée du Bloc Québécois pourrait mêler les cartes dans Chicoutimi-Le Fjord.

La bloquiste Valérie Tremblay s'est prévalue de son droit de vote lundi matin, tout comme le conservateur qui avait été élu lors d'une partielle en juin 2018 à la suite de la démission du libéral Denis Lemieux.

«On est excités parce qu'on ne sait pas comment ça va finir ce soir et on a hâte de connaître les résultats, a indiqué M. Martel, qui est aussi connu pour avoir été pendant de nombreuses années l'entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi, dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec. Il faut garder le focus, être prêt et continuer à travailler jusqu'à la toute fin.»

«Je suis très fébrile, a affirmé, de son côté, Valérie Tremblay. Je ne vous cacherai pas que j'ai hâte que ça se termine, mais, en même temps, je suis satisfaite du travail accompli.»

Ils affrontent la libérale Dayana Dautovic, une jeune actuaire de Québec qui a été parachutée dans le comté plus de deux semaines après le début de la campagne électorale.

Elle s'est prévalue de son droit de vote par anticipation et consacre sa journée à faire le tour des bureaux de scrutin.

La libérale est demeurée plutôt discrète pendant la campagne. Ses adversaires ont reproché à son parti d'avoir choisi une candidate qui n'est pas originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le Parti vert est représenté par Lynda Youde, qui avait aussi tenté de se faire élire lors de l'élection partielle de 2018, tandis que Stéphane Girard représente le NPD.

Finalement, le Parti populaire du Canada a pu compter sur un couple pour se faire connaître dans la région. Jimmy Voyer, un retraité des Forces armées canadiennes, a fait campagne dans Chicoutimi-Le Fjord, accompagné de sa conjointe, Sylvie Théodore, une neurologue de 40 ans qui est aussi candidate, mais dans Jonquière.

Lutte serrée

D'ailleurs, la lutte s'annonce serrée dans Jonquière, où la députée sortante du NPD, Karine Trudel, tente de conserver son siège à Ottawa. La néodémocrate l'avait emporté avec une mince avance lors des dernières élections générales de 2015.

Le Bloc québécois est représenté par Mario Simard, un chargé de cours à l'Université du Québec à Chicoutimi. Chez les conservateurs, l'athlète paralympique Philippe Gagnon tente d'être élu pour la première fois.

C'est Vincent Garneau qui porte les couleurs du Parti libéral du Canada. M. Garneau est le chef de cabinet de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Le Parti vert est représenté par Lyne Bourdages.