/news/currentevents

Le mafioso Andrew Scoppa tué d'une balle à la tête

Éric Thibault | Le Journal de Montréal 

Le chef de clan mafieux Andrew Scoppa a été froidement assassiné d'une balle à la tête, lundi matin, dans l'arrondissement Pierrefonds à Montréal.

L'homme de 55 ans a été abattu dans un terrain de stationnement du boulevard Saint-Jean, en face d'un gymnase où il se rendait vraisemblablement pour s’entraîner, vers 8 h. Un suspect a été observé prenant la fuite.

À LIRE ÉGALEMENT

EN IMAGES: Au cœur de la tuerie du Sheraton de Laval

Le caïd Scoppa victime d’une ruse

Son meurtre survient moins d'une semaine après les arrestations de quatre présumés assassins étroitement associés à son défunt frère cadet, Salvatore Scoppa, lui-même criblé de balles en mai dernier dans un hôtel de Laval lors d’une fête familiale.

Les quatre accusés, dont Guy Dion, chef des pompiers de Saint-Jude, une petite municipalité de la Montérégie, ont été appréhendés mercredi dernier par l'Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO).

Expliquant ces crimes par une guerre de pouvoir entre clans rivaux, la brigade policière a dit avoir ainsi élucidé quatre meurtres de mafiosi commis en 2016, dont ceux de Lorenzo Giordano et Rocco Sollecito, deux ex-leaders du clan Rizzuto.

Salvatore Scoppa, qui était considéré comme un dirigeant et membre actif de ce commando, aurait lui aussi été accusé de ces quatre meurtres prémédités s'il n'avait pas été assassiné au printemps dernier.

Il se savait en danger

Andrew Scoppa, qui a déjà été un proche du défunt parrain Vito Rizzuto et un leader influent du crime organisé italien, n'a pas été arrêté ni inculpé dans cette affaire.

Toutefois, selon nos informations, il savait fort bien depuis quelques années que sa vie était en danger puisque le clan qu'il dirigeait était en conflit avec la faction mafieuse sicilienne des victimes Giordano et Sollecito.

En août 2015, les dirigeants mafieux Stefano Sollecito et Leonardo Rizzuto et le numéro des gangs de rue montréalais Gregory Woolley avaient été enregistrés à leur insu lors de l'opération policière Magot lors d'une réunion où il était question des frères Scoppa.

Les suspects de l'enquête affirmaient alors qu'ils ne faisaient plus confiance aux Scoppa et laissaient entendre que l'un d'eux donnait des renseignements à la police.

Certains d'entre eux suggéraient même d'éliminer Salvatore d'une «balle dans la poitrine».

- Avec la collaboration de Maxime Deland, Agence QMI, et de Félix Séguin, Bureau d'enquête