/news/politics

Des experts demandent au gouvernement de revoir la méthode d’échantillonnage du plomb dans l’eau

Agence QMI

(T-J photo by Robert Chaulk)

Un regroupement d’experts en environnement demande au gouvernement de revoir la norme relative au plomb dans l’eau à la suite de révélations concernant la méthode prescrite par Québec qui en sous-estimerait les taux.

Le Réseau Environnement demande au ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, de réviser la méthode provinciale de mesure du plomb dans l’eau pour adopter la recommandation de Santé Canada.

Selon un reportage du quotidien «Le Devoir» paru récemment, la méthode utilisée par Québec camoufle des taux de plomb dans l’eau plus élevés, qui sont révélés en utilisant la méthode suggérée par Santé Canada.

Le Réseau Environnement demande aussi au gouvernement de mettre en place un suivi des concentrations de plomb pour l’ensemble des robinets et fontaines des écoles et des garderies utilisées par les enfants, et ce, afin d’obtenir «un portrait clair de la situation».

Des reportages parus récemment et une étude de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ont démontré que certaines fontaines présentes dans des écoles de la province présentent des taux de plomb si élevés que cela peut affecter le quotient intellectuel des enfants.

Aussi, le gouvernement doit mettre en place un plan d’action en collaboration avec les municipalités afin de réduire l’exposition au plomb dans les résidences, demande le Réseau Environnement.

Le regroupement convient que l’implantation de telles mesures «représente un défi de taille». L’organisation y voit toutefois une occasion de «préserver la santé publique».

Le premier ministre François Legault s’est engagé le 17 octobre à adopter la méthode d’échantillonnage prescrite par Santé Canada, mais Québec attendra le printemps prochain pour changer la règlementation.