/news/elections

Le bulletin électoral de Mario

TVA Nouvelles

Le gouvernement demeure libéral, mais le parti de Justin Trudeau est maintenant minoritaire. Mario Dumont analyse la performance des partis et de leur chef. Il n’y a pas de gagnants selon lui, mais qui a le mieux tiré son épingle du jeu?

Parti libéral du Canada

«C’est minoritaire fort. Au-delà du succès de Justin Trudeau en nombre de sièges, en nombre de votes, ça serait le plus faible pourcentage de vote pour un gouvernement élu au Canada depuis 1867. (...) C’est difficile de trouver un gagnant. Trudeau passe de majoritaire à minoritaire, même s’il doit pousser un soupir de soulagement, il n’est quand même pas gagnant.»

Parti conservateur

«Les conservateurs avaient le pouvoir à portée de main, mais l’ont échappé, c’est une défaite pour eux.»

NPD

«Ça ne va pas bien pour eux, ils étaient une centaine de députés lors de la vague orange de 2011. Ils en ont perdu plus de la moitié en 2015 et là, ils se ramassent à 24. À cette vitesse-là à débouler l’escalier, on ne sait pas où va le NPD. Ils ont eu tellement peur de disparaître. (...) On l’aime bien (Singh), mais on ne vote pas pour lui»

Bloc québécois

«Pour le Bloc, il y a un regain de vie. On  le considérait mort il y a un an et il a 32 sièges. Je vais dire quelque chose de plate. Le Bloc, ça prenait une vague, et là le Bloc, juste un peu fort, c’est inutile. Il aurait fallu que Yves-François Blanchet ait le plus de sièges au Québec. Avec son slogan, Le Québec, c’est nous. Tu ne peux pas prétendre être la première voix des Québécois quand tu es deuxième et que tu n’as pas la balance du pouvoir.»

Parti vert du Canada

«Il y a eu une percée miraculeuse à Fredericton et en Colombie-Britannique où il devait faire des gains, il ne s’est rien passé. Mme May a gardé son siège ainsi que l’autre dans la circonscription.»

Parti populaire du Canada

«C’est fini pour Maxime Bernier défait dans sa circonscription. Il a été très élégant dans la défaite, dans son discours en disant qu’il allait encore travailler avec son parti sur les réseaux sociaux.  C’est là que son parti s’en va sur les réseaux sociaux.»

*** Voyez la suite de la chronique de Mario Dumont dans la vidéo ci-haut et ne manquez pas «Dumont» du lundi au vendredi 10h à LCN