/news/politics

Les libéraux refusent de condamner la répression en Catalogne

Patrick Bellerose | Agence QMI

Photo Simon Clark

Les élus libéraux ont bloqué mardi le dépôt d’une motion à l’Assemblée nationale pour dénoncer la répression espagnole à la suite du référendum sur l’indépendance de la Catalogne.

Le texte présenté par Québec solidaire, avec l’appui des caquistes et des péquistes, déplorait «l’intimidation institutionnelle et la violence des gestes posés envers des élus et des membres de la société civile de la Catalogne».

Mais surtout, la motion dénonçait les «lourdes peines d’emprisonnement récemment infligées à des politiciens catalans élus légitimement et démocratiquement».

Le leader parlementaire du Parti libéral du Québec, Marc Tanguay, a refusé d’accorder son consentement, nécessaire pour la mise aux voix de la motion.

La Cour suprême espagnole a récemment condamné neuf indépendantistes catalans à des peines allant de 9 à 13 ans de prison pour leur rôle dans l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de la région en 2017.

Depuis, d’importantes manifestations secouent la Catalogne, menant parfois à de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

«On vient de voir que les libéraux viennent de bloquer la motion qui voulait déplorer les peines d'emprisonnement, les lourdes peines d'emprisonnement qui étaient infligées à des politiciens catalans qui ont été élus démocratiquement, légitimement. C'est vraiment incompréhensible, c'est inexplicable», a dénoncé la députée solidaire Catherine Dorion, à sa sortie du Salon bleu.