/news/elections

Scheer assure qu'il ne jettera pas l'éponge

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le chef conservateur Andrew Scheer a affiché un air combattif, mardi, promettant de rester aux commandes de son parti même s’il a raté son pari de ravir le pouvoir au chef libéral Justin Trudeau.

«Bien que les résultats ne sont pas ceux que nous voulions, nous avons fait des gains hier (lundi)», a dit M. Scheer en point de presse à Regina, en Saskatchewan.

Le chef conservateur, dont les troupes ont remporté 121 sièges au terme de l’élection de lundi, a par ailleurs félicité son équipe pour avoir gagné la bataille du vote populaire.

«Nous avons même obtenu plus de votes que lors de l’élection de la majorité conservatrice de 2011», a-t-il souligné.

S’il dit respecter la décision des électeurs canadiens, M. Scheer a aussi profité de son allocution pour décocher plusieurs flèches contre le premier ministre réélu.

«Pendant que nous avons fait des gains partout au pays, les libéraux ont perdu des sièges et les Canadiens ont servi un avertissement au gouvernement [de Justin Trudeau]», a-t-il lancé.

Les troupes libérales ont été réélues, mais se retrouvent à la tête d’un gouvernement minoritaire, avec 157 sièges. À la dissolution de la Chambre, en juin, ils en avaient 177.

M. Scheer a accusé M. Trudeau d’avoir laissé le pays divisé, au terme de l'élection fédérale. À ce chapitre, il a aussi donné une part du blâme au Bloc québécois.

«Les souverainistes au Québec sont de retour [pendant que] l’Alberta et la Saskatchewan ont complètement rejeté les politiques de Justin Trudeau», a-t-il tonné.

Le chef conservateur a ajouté avoir demandé à Justin Trudeau, lorsqu’il lui a téléphoné pour le féliciter de sa réélection, «de prendre acte des résultats troublants».

«Il devra répondre de façon sérieuse à ces sentiments et comprendre que quand l’Ouest réussit, c’est tout le Canada qui réussit», a dit M. Scheer, tendant la main à sa base électorale dans les Prairies.