/news/politics

Trudeau n’a pas la légitimité de contester la loi sur la laïcité, dit Legault

Agence QMI

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau n’a pas la légitimité de contester la loi sur la laïcité de l’État devant les tribunaux, a déclaré le premier ministre du Québec, François Legault, au lendemain de l’élection canadienne qui a porté au pouvoir un gouvernement libéral minoritaire.

«Je ne pense pas», a répondu le chef de la Coalition avenir Québec après avoir été questionné sur la signification des résultats de l’élection de lundi.

François Legault a notamment expliqué sa position en opposant le pourcentage du vote populaire obtenu par Justin Trudeau (33%) et «une majorité» de Québécois qui appuient la loi sur la laïcité du Québec.

Au début de la dernière campagne, Justin Trudeau avait admis du bout des lèvres qu’il pourrait s’opposer à cette loi populaire au Québec. Il s’était toutefois montré plus ferme pendant l’unique débat en anglais.

« Je suis le seul sur cette scène qui a dit: Oui, le gouvernement fédéral devra peut-être intervenir dans ce dossier, parce que le fédéral a besoin de protéger les droits des minorités, les droits linguistiques, les droits des femmes », avait indiqué le premier ministre sortant.

Le gouvernement Legault a adopté sous bâillon la Loi sur la laïcité de l'État, qui interdit le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité. La Cour supérieure du Québec avait d’abord rejeté une demande de suspension de la loi controversée venant de citoyens avant que cette décision soit infirmée par la Cour d'appel.

L’appui de la population à sa pièce législative explique également l’élection d’une trentaine de députés du Bloc québécois plutôt qu’un réel engouement pour la souveraineté, a dit François Legault lundi.

«Je pense qu’il y a un lien avec la loi 21, je pense qu’il y a un lien avec l’importance pour les Québécois de défendre les valeurs québécoises», a expliqué François Legault.

« Il y a une majorité de Québécois qui sont nationalistes et je pense que le vote nationaliste s’est exprimé entre autres par un appui au Bloc québécois », a-t-il indiqué.