/news/world

Trump se pose plus que jamais en victime et évoque un «lynchage»

Agence France-Presse

Furieux et visiblement inquiet, Donald Trump a comparé mardi la procédure de destitution le visant à un «lynchage», mot lourd de sens aux États-Unis, au moment même où l'enquête du Congrès pourrait progresser de manière significative avec l'audition d'un témoin-clé.

À LIRE ÉGALEMENT

D'étroites fissures dans le rempart républicain autour de Trump

Le président américain avait déjà parlé de «chasse aux sorcières», mais l'utilisation de ce terme, associé aux meurtres de noirs par des blancs au cours du XIXe et du XXe siècle, essentiellement dans le sud des États-Unis, est une première depuis son arrivée à la Maison-Blanche.

«Un jour, si un démocrate devient président et que les républicains remportent la Chambre des représentants, même avec une toute petite marge, ils peuvent lancer une procédure de mise en accusation du président, même sans respect des procédures, sans équité ou sans droits», a tweeté le milliardaire républicain.

«Tous les républicains doivent se souvenir de ce à quoi ils assistent ici: un lynchage».

Le tweet matinal a suscité de très vives réactions dans la capitale fédérale américaine pourtant habituée aux déclarations volontairement provocatrices de l'ancien homme d'affaires de New York.

«C'est un mot qu'aucun président ne devrait utiliser pour lui-même», a réagi le démocrate James Clyburn sur CNN. «Je viens du Sud. Je connais l'histoire de ce mot. C'est un mot qu'il faut utiliser avec beaucoup, beaucoup de prudence», a ajouté l'élu afro-américain.

«J'ai étudié avec attention l'histoire présidentielle, nous n'avons jamais rien vu de tel», a-t-il encore dit, soulignant que les trois autres présidents américains ayant été visés par une procédure de mise en accusation - Andrew Johnson, Richard Nixon et Bill Clinton - n'avaient jamais fait de telles références.

«Un lynchage ? 4.743 personnes ont été lynchées aux États-Unis entre 1882 et 1968, parmi lesquels 3.446 afro-américains», a réagi Kristen Clarke, présidente d'une association de défense des droits civiques. Et de souligner que les lynchages furent un chapitre «répugnant» de l'histoire américaine.

«Le président n'est pas une victime (...) Établir un parallèle entre la situation difficile dans laquelle il se trouve et un lynchage est grotesque», a réagi Jeb Bush, frère et fils d'anciens présidents républicains, et candidat à la primaire républicaine en 2016.

La Maison-Blanche a défendu l'utilisation de ce mot en assurant que le président ne faisait pas de référence historique. «Le président n'essayait pas du tout de se comparer à l'histoire terrible de ce pays», a déclaré Hogan Gidley, porte-parole de l'exécutif.

Quelques élus républicains ont défendu le choix de ce mot par le président américain. Ce fut en particulier le cas de Lindsey Graham: «C'est un lynchage à tous les sens du terme», a-t-il lancé.

En dépit de la décision de l'exécutif américain de ne pas répondre à leurs demandes, les élus démocrates de la Chambre des représentants poursuivent de leur côté leurs investigations.

Mardi, c'est Bill Taylor, chargé d'affaires américain en Ukraine, qui devait témoigner à huis clos.

Il pourrait apporter de nouveaux éléments sur la question centrale de la procédure en cours: Donald Trump a-t-il utilisé l'arme diplomatique à des fins politiques ? A-t-il fait directement pression, chantage économique à l'appui, sur son homologue ukrainien pour tenter de nuire à son rival démocrate Joe Biden ?

Des SMS embarrassants pour le président américain, qui sont aux mains des enquêteurs parlementaires, devraient être au coeur des auditions.

Dans un message daté de début septembre adressé à Gordon Sondland, ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union européenne, M. Taylor s'inquiétait ouvertement des pressions exercées par la Maison-Blanche sur la présidence ukrainienne.

Je «trouve ça dingue de suspendre l'aide sécuritaire en échange d'un coup de main pour une campagne politique», écrivait-il.

Pour l'heure, l'ancien magnat de l'immobilier s'emploie à s'assurer du soutien sans faille des élus républicains.

«95% d'opinions favorables au sein du parti républicain. Merci!», a-t-il tweeté, en guise de piqûre de rappel à ceux qui, dans son camp, exprimeraient leurs états d'âme ou seraient tentés de se retourner contre lui.

Forts d'une confortable majorité à la Chambre, les démocrates ont assez de voix dès aujourd'hui pour voter la mise en accusation («impeachment» en anglais) de M. Trump.

La seconde manche se jouerait alors au Sénat à qui il reviendrait de mener le procès du président. Or, celui-ci ne peut être destitué que si une majorité des deux tiers des sénateurs le décident, ce qui ne serait possible qu'avec des voix républicaines.