/news/law

Un chef des pompiers... incendiaire

Geneviève Quessy | Journal de Montréal

Le chef des pompiers d’une municipalité de Lanaudière est coupable d’avoir mis le feu intentionnellement à une maison qu’il souhaitait acquérir, en vue d’en diminuer la valeur.

Le juge François Landry n’a pas été tendre envers Serge Lamoureux, en rendant son verdict de culpabilité mardi au palais de justice de Joliette.

«Autant de mensonges, d’imprécisions et de contradictions font en sorte que son témoignage ainsi que l’ensemble de la preuve ne créent pas de doute», a martelé le magistrat en direction de celui qui était directeur du Service incendie de Chertsey au moment des faits reprochés.

Selon le tribunal, Lamoureux «avait l’opportunité de mettre le feu à la maison et avait un mobile».

Maison convoitée

Quelques jours avant que le bâtiment brûle, l’homme avait manifesté de l’intérêt pour l’achat de cette maison voisine de la sienne, sur la rue Bélair, à Chertsey.

Le 20 octobre 2014, la propriétaire l’a informé qu’elle souhaitait connaître sa décision avant de mettre la propriété dans les mains d’un agent d’immeuble. Cette même journée, un incendie s’est déclaré à deux endroits dans l’habitation, et c’est le chef des pompiers, seul, qui est allé le premier constater la situation.

Or, quelques jours plus tard, il faisait une offre d’achat à un prix de moitié inférieur à celui demandé, en invoquant la perte de valeur causée par l’incendie.

Plusieurs contradictions ont émané du témoignage de l’accusé lors du procès. Son comportement lors de l’incendie et dans les jours suivants a également été examiné par le juge.

L’homme a, par exemple, appelé en panique la propriétaire de la maison pour lui demander si elle avait parlé aux enquêteurs de leur discussion sur la vente.

Au moment de constater l’incendie, il n’a pas vérifié si quelqu’un se trouvait dans la maison et est retourné au poste de pompiers sans l’éteindre, pour revenir plus tard.

Il a également invoqué une cause électrique, ce qui a lancé les enquêteurs sur une fausse piste.

Il appelle le 911

Lamoureux a affirmé au juge que sa femme l’avait prévenu par téléphone que de la fumée émanait de la maison voisine.

Pourtant, aucun appel n’a été reçu de ce numéro par son téléphone. Il a aussi dit à un enquêteur avoir reçu un appel de la centrale vers 13h50 pour l’incendie, mais c’est lui-même qui a appelé le 911, un geste qu’il a fait pour «justifier sa présence sur les lieux de l’incendie», a dit le juge.

La Ville a confirmé au Journal qu’un lien d’emploi existait toujours avec l’accusé, qui est «en congé». Impossible de savoir si c’est avec ou sans solde.

«Le conseil doit prendre connaissance du jugement et de la sentence. On verra ce qu’il adviendra pour la suite des choses», a simplement commenté Pierre-Yves Beauchemin, directeur des communications de la Ville.

Sur le site web de la municipalité, Jonathan Ruffo est listé comme son remplaçant.