/news/elections

«Le Parti conservateur n’est pas masochiste»

TVA Nouvelles

Andrew Scheer a assuré qu’il resterait en poste malgré la campagne souvent jugée décevante qu’il a menée. Mais peut-il réussir?

S’il a toujours «quelques supporteurs indéfectibles», il ne lui en reste pas tant que ça, a pu constater le commentateur Mario Dumont.

À LIRE ÉGALEMENT

«Notre chef aurait pu être meilleur», dit le conservateur Richard Martel

Scheer assure qu'il ne jettera pas l'éponge

Plusieurs militants conservateurs vont pour leur part exiger qu’il fasse ses preuves avant qu’on lui redonne une chance, lui reprochant d’avoir été trop faible et pas assez prêt pour l’élection. «Il faut qu’il nous prouve qu’il veut gagner», vont-ils demander.

D’autres, plus tranchés, vont estimer qu’il «n’y a rien à faire avec ça». Déclarations controversées sur l’avortement, sur le mariage gai... «Il est pogné avec ça», croit l’animateur.

 

Ceci étant dit, le Parti conservateur n’est pas un parti qui se fait des automutilations, ce n’est pas un parti masochiste», rappelle-t-il. Donc si la formation politique décide de se passer des services d’Andrew Scheer, on risque de ne pas se rendre au vote de confiance en le convainquant de se retirer avant plutôt que de lui faire subir une humiliation publique.

«Tu mérites pas ça!», a lancé Mario Dumont, imitant ce qu’on risque de lui dire pour lui présenter les choses en douceur.

Voyez la suite de la chronique de Mario Dumont dans la vidéo ci-haut et ne manquez pas «Dumont» du lundi au vendredi, dès 10h à LCN.

Dans la même catégorie