/news/culture

Plume Latraverse, l’intelligence du verbe

Samuel Pradier | Agence QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

À 73 ans, Plume Latraverse reste toujours Plume.

Quatre ans après «Récidives», il était de retour, plus en forme que jamais, à la Cinquième salle de la Place des Arts, mercredi soir, pour la première de «Séquelles», son nouveau spectacle intimiste dans lequel il revisite son répertoire d’hier et d’aujourd’hui.

Au lieu de faire toutes ses chansons au complet, Plume Latraverse a opté pour un premier medley de chansons qui s’enchaînent les unes aux autres. «Monde fatal», «À tire-larigot», «Les avaleurs d’asphalte» et «Survivre» ont fait partie du feu roulant de départ.

Lors d’une réunion entre amis, on se présente en arrivant ; Plume n’a donc pas perdu de temps pour présenter ses trois acolytes de la soirée. À la guitare et aux choeurs, on retrouve habituellement Jean-Claude Marsan. Mais, ce dernier s’étant blessé au doigt, il avait demandé du renfort auprès de son ami Donald Meunier. Son autre vieux complice, Grégoire Morency à la basse, avait lui une extinction de voix. Heureusement que tout allait bien du côté de la vedette de la soirée.

Le public est sorti de sa léthargie apparente avec l’arrivée des «chansons douces» selon son auteur, comprenant «La bienséance», «El Nino», «New Orleans» et «Mauvaise herbe bleue».

Sur scène, Plume et ses musiciens sont dans le plus pur dénuement. Deux tabourets, trois supports à guitare meublent la scène avec quelques caissons de son. L’intérêt n’est pas dans le visuel. Tout le génie réside dans les textes, ou chaque mot trouve son utilité, du vieux poète qui cumule près de 50 ans de carrière.

Assez peu loquace pour cette première, Plume s’est surtout contenté d’enfiler les chansons comme s’il y avait urgence.

Après avoir demandé à son technicien de mettre «un éclairage misérable; si tu as du brun, c’est le moment de l’utiliser», il a commencé sa magnifique chanson «Les pauvres», qui fut suivi de «Blouse d’automne» et «La piste cyclable».

En fin de première partie, il avait déjà revisité près d’une vingtaine de chansons, et le feu roulant allait se poursuivre en deuxième partie. Dans la salle, il était d’ailleurs réjouissant de voir les nombreux trentenaires côtoyer les têtes blanches.

Et puisqu’il ne fait jamais rien comme les autres, c’est à l’entracte que Plume Latraverse a signé des dizaines de tee-shirts à son effigie, directement sur la scène.

Plusieurs allusions aux dernières élections fédérales ponctuent le spectacle. «Je me levais le matin et je me demandais : Mais où sont les chefs aujourd’hui ?», a-t-il lancé en rigolant, avant d’entonner «Ta maison Ô Canada», qui a été suivie de «La p’tite Vingnenne».

Dans ce choix d’enchaîner les morceaux sans temps morts, Plume révèle davantage le condensé d’images et la poésie réaliste qui caractérise chacune de ses chansons.