/news/law

Un pédophile du Bas-Saint-Laurent fait appel de sa condamnation

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Un homme de Sainte-Angèle-de-Mérici, dans le Bas-Saint-Laurent, veut faire annuler sa condamnation à 63 mois de pénitencier pour des crimes sexuels commis sur de jeunes filles mineures. Roland Robitaille a fait valoir ses arguments mercredi devant la Cour d'appel du Québec, dans la Vieille-Capitale.

L'homme de 61 ans a été reconnu coupable de neuf chefs d'accusation à caractère sexuel sur trois jeunes filles qui étaient âgées de 5 ans et de 17 ans lors des faits. Les crimes ont été commis entre 1971 et 2010 à Sainte-Angèle-de-Mérici et à Saint-Joseph-de-Lepage.

Roland Robitaille a toujours nié les faits en évoquant un complot ourdi par ses victimes, mais le juge ne l'a pas cru. Aujourd'hui, son avocat soutient que ce juge a erré en rendant oralement un jugement qui repose sur des motifs déficients, qu'il a écarté les témoignages disculpant l'accusé alors qu'il aurait dû les considérer, de même que plusieurs éléments de preuve significatifs.

L'avocat de Robitaille soutient aussi que le juge a erré en déplaçant sur son client le fardeau de preuve qui incombe à la Couronne, qu'il a commis des erreurs de faits et de droit et qu'il n'a pas fait bénéficier l'accusé de la règle du doute raisonnable.

Pour tous ces motifs, l'avocat de Roland Robitaille demande que la condamnation de son client soit cassée et que la Cour d'appel ordonne la tenue d'un nouveau procès.

La Couronne estime cependant que le juge n'a omis aucun élément de preuve significatif et qu'il a bien apprécié la crédibilité des témoins de la défense, bref qu'il n'a commis aucune erreur justifiant un nouveau procès.

Trois juges de la Cour d'appel ont entendu les arguments des deux parties. Ils ont pris l'affaire en délibéré et rendront leur décision au cours des prochaines semaines.

Soulignons que Roland Robitaille demeure en liberté, mais sous de sévères conditions, notamment celle ne pas tenter de contacter ses victimes.