/news/currentevents

Le père avait été hospitalisé neuf jours avant la tragédie

Frédérique Giguère - Le Journal de Montréal

Le père de famille qui a sauvagement tué ses deux enfants avant de s’enlever la vie dans sa résidence mardi soir à Montréal avait été hospitalisé neuf jours auparavant pour des propos suicidaires.

Lorsque sa femme lui a annoncé récemment qu’elle voulait divorcer, Jonathan Pomares, 40 ans, a excessivement mal réagi. Le 13 octobre, il a été conduit à l’hôpital pour une intoxication ainsi que pour avoir manifesté vouloir mettre un terme à ses jours, selon nos sources.

Pomares aurait consommé une importante quantité d’alcool et de médicaments, et il était agité lors de son transport. Il a reçu son congé peu de temps après.

Scène d’horreur

Mardi soir, lorsqu’elle est arrivée du travail, sa femme a découvert une véritable scène d’horreur dans la maison familiale de la rue Curatteau, à l’angle de l’avenue Pierre-De Coubertin, dans le quartier Tétreaultville. Une scène qui la hantera sans doute pour le restant de ses jours.

Les corps de son petit Hugo, 7 ans, et sa douce Élise, 5 ans, étaient mutilés. Les deux blondinets ne respiraient plus. L’un d’eux se trouvait au sous-sol, alors que l’autre était à l’étage.

Également au deuxième se trouvait la dépouille de Pomares. Il s’agissait visiblement d’un geste volontaire.

« Je suis complètement sous le choc, a confié Patricio Romero Valdes, un grand ami du père. Jonathan aimait tellement ses enfants, il faisait tout pour eux, j’ai de la difficulté à le croire. Je dois reprendre mon souffle, là. »

Outre les proches et les premiers intervenants d’urgence à s’être présentés sur les lieux, la tragédie semble avoir touché le Québec dans son entier hier, alors que le drame familial était sur toutes les lèvres.

Cuisinier dans des écoles

Les décès des enfants et de leur père ont été constatés sur les lieux et les corps ont été pris en charge quelques heures plus tard par la morgue. Une enquête sera menée par le coroner afin de déterminer avec le plus de précision possible ce qui s’est produit dans la maison. La mère des deux petites victimes a quant à elle été conduite au centre hospitalier pour traiter un violent choc.

Pomares occupait un poste de cuisinier temporaire dans des écoles primaires et secondaires de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) depuis environ trois ans.

La situation était toutefois sur le point de changer, puisqu’on lui avait annoncé quelques heures avant le drame qu’il avait décroché un poste de cuisinier permanent dans une école secondaire de Hampstead. Il devait commencer début novembre.

En attendant, il devait notamment compléter un petit contrat de trois jours cette semaine dans une école de Rosemont. Il s’y était présenté lundi, mais n’avait pas été en mesure de terminer sa journée. Il n’y était pas retourné le lendemain, jour du drame.

Soutien psychologique

La CSDM n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues, mais on aurait prévu du soutien psychologique là où l’homme travaillait.

Le couple avait acheté leur charmante maison il y a environ un an. Originaires de Toulouse, en France, ils vivaient au Québec depuis un peu moins de 10 ans. Ils s’étaient installés ici pour le travail de la femme de Jonathan Pomares, qui est chercheuse dans le domaine du sommeil.

– Avec Andrea Valeria

Si vous avez besoin d’aide :

Ligne québécoise de prévention du suicide

aqps.info

1-866-APPELLE (277-3553)

Pères séparés

peres-separes.qc.ca

514 254-6120

 

 

Dans la même catégorie