/finance/consumer

Chauffer au bois, c’est économique

Stéphane Desjardins - Le Journal de Montréal

Tas de bois de chauffage empilé pour l'hiver

Stock Adobe

Se chauffer au bois est plus économique qu’à l’électricité, au gaz ou au mazout. Mais ce n’est pas pour tout le monde.

Entre 9 % et 15 % des Québécois se chauffent principalement au bois, selon diverses sources, comparativement à 78 % pour l’électricité (55 % de la facture d’électricité moyenne, pour une maison de 1700 pieds carrés).

Pour une maison unifamiliale convenablement isolée de 1500 pieds carrés, utiliser du bois de chauffage coûte 15 % moins cher que le gaz naturel et 25 % à 30 % que l’électricité, selon Jean-François Blain, un expert cité par Le Journal il y a deux ans.

Une corde de bois se vend entre 80 $ et 150 $ au Québec, selon la région et l’essence, fendue, séchée ou non, livrée à domicile. Il est difficile de négocier le prix, car l’offre est limitée et la demande est forte. Il faut un peu plus de huit cordes pour chauffer une maison de 1500 pieds carrés sur 180 jours, soit entre 825 $ et 1000 $, comparativement à un peu plus de 1300 $ pour l’électricité.

Conforme aux normes

Chauffer au bois n’est avantageux que si le poêle répond aux normes environnementales américaines (EPA) les plus récentes. Un poêle à haute efficacité se vend entre 1500 $ et 15 000 $, selon le modèle (encastré ou non). L’installation coûtera entre 500 $ et 1000 $, préférablement réalisée par une firme approuvée par votre assureur habitation. Et vos primes d’assurances risquent d’augmenter. Prévoyez des frais annuels de ramonage d’environ 150 $.

Couper soi-même son bois de chauffage, surtout au chalet, est très économique. Une bonne scie à chaîne se vend entre 150 $ et 300 $, et une fendeuse, entre 550 $ et 650 $ (location entre 60 $ et 100 $ par jour).

Désavantages

Le principal désavantage de chauffer au bois : il faut alimenter le poêle à intervalles réguliers ! Si on doit s’absenter plus de 12 heures, on dépend d’un bon samaritain... ou d’un chauffage d’appoint.

Enfin, le transport du bois de chauffage contribue parfois à la propagation d’insectes nuisibles et la combustion est très polluante.

Conseils

-Demandez l’avis de vos voisins ou de vos proches avant de faire affaire avec un vendeur. Exigez une facture écrite indiquant la quantité et l’essence de bois, le prix et les coordonnées complètes du vendeur. Prenez note du numéro de plaque d’immatriculation du livreur. Le meilleur moment d’acheter est au printemps...

-Une corde de bois équivaut à des bûches empilées sur 4 pieds de haut par 8 pieds de long. Les bûches se vendent en longueurs de 18, 16 et même 12 pouces. Demandez les dimensions précises lorsque vous magasinez. Sortez votre ruban à mesurer à la livraison (parfois facturée en sus). Un bois sec est gris. Gardez-le dehors sous une bâche.

-Les meilleures essences (plus calorifiques) sont vendues parfois plus cher : chêne, érable à sucre, hêtre ou encore frêne. Évitez les résineux (pin, sapin, épinette) qui génèrent beaucoup de créosote dans la cheminée (source d’incendies).

-Le chauffage au bois est interdit à Montréal ; Québec et Lévis devraient l’interdire d’ici quelques années.