/news/law

Le chanteur Éric Lapointe plaide non coupable

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Le chanteur Éric Lapointe a plaidé non coupable ce matin d’avoir frappé une femme après un party d’anniversaire où il aurait été fortement intoxiqué.

«La preuve a déjà été transmise et la victime sera rencontrée à la prochaine audience [en janvier]», a expliqué l’avocat de la défense Jacklin Turcot, ce lundi à la Cour municipale de Montréal.

Tout comme lors du gala de l’ADISQ hier, le rocker brillait par son absence au tribunal, pour sa première comparution depuis sa mise en accusation vendredi. À la place et tel que cela lui était permis, il a plutôt dépêché un avocat afin de le représenter.

Selon les documents de cour, le chanteur de 50 ans aurait commis son crime le 30 septembre dernier. Selon nos informations, une chicane aurait éclaté à son domicile alors que plus d’une personne s’y trouvaient. La situation aurait dégénéré, au point où Éric Lapointe aurait commis des voies de fait sur une des femmes présentes sur les lieux.

 

L’interprète de la chanson « Mon ange » aurait par la suite été arrêté avant d’être libéré sous promesse de comparaître.

« La plaignante a été rencontrée », a assuré la procureure de la Couronne municipale, ce lundi.

Notons que le chanteur a été accusé par voie sommaire, ce qui signifie qu’en cas de culpabilité, il risque au plus une amende ou quelques mois de prison. Il s’agit toutefois d’accusations criminelles qui lui vaudraient un casier judiciaire.

Plus de la Voix

À la suite de sa mise en accusation, Éric Lapointe a dû laisser tomber son siège à l’émission La Voix, qu’il occupait depuis 2014.

C’est lui-même qui en avait fait l’annonce jeudi dernier, la veille de l’officialisation de son accusation.

« Pour des raisons personnelles, c’est avec tristesse que j’ai informé TVA et Déferlantes que je quitterais [sic] mon fauteuil de coach à La Voix », a-t-il écrit sur sa page Facebook publique.

Il avait toutefois assuré qu’il honorerait les concerts prévus à son calendrier.

« J’attendrai chacun d’eux avec impatience, la scène étant, avec mes enfants, ce qui me rend le plus heureux », avait-il écrit.

Dans le passé, le chanteur de « Loadé comme un gun » a été au centre de plusieurs frasques impliquant de la violence ou de l’alcool. En 2009, il avait entre autres confié au Journal avoir passé huit jours en coma artificiel dans le cadre d’une désintoxication.

Il a depuis séjourné à plusieurs reprises en maison de thérapie.