/news/currentevents

Un rapport accablant à la suite du décès d'un travailleur

Une mère éplorée après le décès de son fils lors d'un accident de travail songe maintenant à poursuivre l'entrepreneur responsable du chantier où s'est produit le drame.

En mars dernier, Marc-André Gosselin, un jeune apprenti charpentier-menuisier, travaillait sur un immeuble à condos lorsqu'il est tombé de trois étages.

Un rapport publié par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) démontre que Marc-André et un autre travailleur avaient dû détacher leurs harnais momentanément, en raison du mauvais emplacement des points d'ancrage, pour étaler une pellicule de plastique. C'est à ce moment que la chute fatale s'est produite.

La mère du travailleur, France Trudel, a été ébranlée par le rapport d'enquête. «Au début, je me disais que c'est un bête accident. Mais, depuis que je sais ça, je ne vais pas bien», a-t-elle confié à TVA Nouvelles lundi.

«Tu ne peux pas remplacer ton enfant. Tu peux finir par apprendre à vivre avec [sa mort], mais c'est long. Il y a une partie de moi qui est partie», a poursuivi Mme Trudel, en pleurs.

Selon elle, les collègues de Marc-André sont, eux aussi, demeurés marqués par le décès de leur comparse. «Les gens qui travaillaient avec lui, ils ont beaucoup de difficulté. Il y en a qui ne dorment pas, qui font des cauchemars toute la nuit. Il y en a qui consultent et qui ne sont pas encore bien, qui n'arrivent pas à en parler, qui pleurent régulièrement. La mort de mon fils, ça affecte énormément de personnes», a raconté France Trudel.

Celle-ci envisage de poursuivre au civil l'entrepreneur responsable du chantier, avec l'aide de l'avocat Marc Bellemare.

«C'est sûr qu'il y a eu une défaillance, c'est certain, parce que Marc-André n'a pas voulu tomber comme il l'a fait. Il y avait un piège là. Le principe de la responsabilité civile, c'est le piège», a expliqué Me Bellemare, qui croit que la famille peut espérer un dédommagement allant de 100 000 à 200 000 $, en fonction de la jurisprudence au Québec.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.