/news/culture

Les poursuites pour plagiat contre Taylor Swift continuent

WENN

Taylor Swift était poursuivie pour plagiat sur son hit Shake It Off et la justice vient d'accepter le renvoi en appel.

La chanteuse a connu un succès planétaire avec cette chanson, qui comprend ces paroles : « Cause the players gonna play, play, play, play, play/And the haters gonna hate, hate, hate, hate, hate. » En septembre 2017, le duo de compositeurs Sean Hall et Nathan Butler a porté plainte en affirmant qu'ils avaient inventé ces paroles pour un morceau qu'ils avaient écrit seize ans auparavant.

Durant le procès, les auteurs-compositeurs ont affirmé que 20% de Shake It Off provenait de leur chanson de 2001, Playas Gon 'Play, enregistrée par le girls band 3LW, qui comprenait les paroles « Playas, they gonna play and haters, they gonna hate ». Ils ont donc demandé à Taylor Swift des dommages et intérêts substantiels.

La chanteuse texane a demandé le rejet de l'affaire en 2018, ce qui a été accordé par le juge Michael Fitzgerald en février de la même année. « Le pivot de toute cette affaire est donc de savoir si les paroles “Playas, they gonna play and haters, they gonna hate” sont soumises à la protection de la loi sur le droit d'auteur », a-t-il écrit dans sa décision.

« En 2001, la culture populaire américaine était fortement ancrée dans les concepts de joueurs, de détracteurs et de détracteurs de joueurs... Le concept d'acteurs agissant conformément à leur nature essentielle n'est pas du tout créatif ; il est banal. »

Cependant, après que Sean Hall et Nathan Butler eurent plaidé l'affaire devant la neuvième chambre d'appel, le tribunal, composé de trois juges, a décidé le 28 octobre que la décision de rejet était prématurée – en citant la décision du juge de la cour suprême Oliver Wendell Holmes qui demandait si un juge peut statuer sur un cas artistique. Le procès pour droits d'auteur reviendra donc devant les tribunaux à une date ultérieure.

Selon les rédacteurs en chef de Variety, les avocats de Taylor Swift devraient demander le rejet pour d'autres motifs.