/news/culture

Un architecte se porte à la défense de l’Hôtel de ville de Sept-Îles

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

L’architecte Phyllis Lambert, fondatrice du Centre canadien d’architecture, croit qu’il serait une erreur de démolir l’Hôtel de ville de Sept-îles pour en faire un stationnement.

L’architecte montréalaise, reconnue pour sa lutte pour la sauvegarde du patrimoine bâtie, s’oppose fermement à un des scénarios envisagés par le centre de santé de la Côte-Nord, celui de d’acquérir le bâtiment pour le démolir et en faire un stationnement dans le cadre d'un projet d'agrandissement.

«Dans quelques années, ils vont dire : pourquoi on a fait ça? C’est invraisemblable. Pourquoi démolir? C’est un très beau bâtiment» indique Phyllis Lambert à la caméra de TVA Nouvelles.

L’Hôtel de ville de Sept-Îles, construit au début des années 60, est une réalisation de l’agence ARCOP (Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Michaud, Sise, Architectes). Cette firme d’architectes a été impliqué dans plusieurs projets majeurs au Canada : la Place Ville-Marie et la Place Bonaventure à Montréal et du Centre national des arts à Ottawa.

Selon Phyllis Lambert, il s’agit de grandes œuvres qui sont des figures irremplaçables dans leur ville, comme l’est l’Hôtel de ville de Sept-Îles.

Cette ferme prise de position de Phyllis Lambert pour la sauvegarde du bâtiment a été obtenu à la suite de démarches d’un citoyen de Sept-Îles, Mario Dufour qui souhaite conscientiser les élus de Sept-Îles face à l’importance de ce bâtiment.

«Elle reconnait qu’on possède un patrimoine architectural ici à Sept-Îles. Ils sont rares, il faut les garder. Je considère que c’est une fierté. Je souhaite des élus qu’ils conservent le bâtiment, qu’ils le rénovent et lui redonnent son aspect original» indique M. Dufour.

Ce dernier a reçu l’appui de Phyllis Lambert dans une lettre où l’architecte va plus loin dans sa défende de l’Hôtel de Ville de Sept-Îles.

Elle y indique que «la volonté d'y implanter un stationnement à sa place est un acte de vandalisme qui va à l'encontre de tout concept social, culturel et urbain».

À la Ville de Sept-Îles, on jongle avec l’idée de mener une étude sur la valeur architecturale du bâtiment.

« On va la faire valider par le ministère de la culture. C’est eux qui vont nous aider à procéder là dedans. On est pas des experts dans le domaine. Mais avant de reconnaître une valeur architecturale, il faut procéder à cette étude-là » explique le directeur général de la Ville, Patrick Gwilliam.

Aucune orientation n’a été prise par l’administration municipale jusqu'ici dans ce dossier. En 2016, une étude évaluait à 7 millions de dollars les travaux de rénovation à effectuer à l’Hôtel de ville. La construction d’un nouveau bâtiment s’élèverait entre 10 et 12 millions de dollars.