/news/society

Un élève de 6e année sur cinq passe plus de quatre heures devant un écran par jour

TVA Nouvelles

Un élève montréalais de 6e année sur cinq passe plus de quatre heures devant un écran pour ses loisirs par jour, révèle la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP). Cette utilisation intensive peut amener son lot de conséquences.   

La DRSP s’est intéressée aux impacts des technologies de l’information dans la vie des Montréalais dans cette étude. À la lumière des résultats, elle suggère la poursuite ou la mise en place d’initiatives de prévention qui favorisent une utilisation équilibrée des écrans.

  

  

«C’est la première fois qu’on a une étude qui offre des données aussi fiables sur le temps à l’écran passé par les Montréalais et Montréalaise», a mentionné le chercheur de la Direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP), Jean-François Biron. 

Sans condamner les écrans, on souhaite que les enfants et les adultes profitent des avantages d’Internet sans en subir les mauvais côtés. Consacrer deux heures et moins par jour à regarder un écran peut permettre d'avoir une meilleure santé.  

«Les médias, on ne peut pas les éviter, a affirmé Dr Nicholas Chadi, pédiatre au CHU Sainte-Justine. Alors, en tant que parent, on doit établir des règles, des limites, afin d’utiliser les médias de façon positive.»  

À l'opposé, une utilisation intensive des écrans, qu’on quantifie à quatre heures par jour et plus, peut amener, notamment, des difficultés de sommeil, une moins bonne santé mentale et physique et un risque plus élevé de décrochage scolaire. 

«Parfois, c’est une détresse qui est difficile à articuler pour les jeunes, a expliqué Dr Chadi. Je pense à des cas de jeunes tellement pris dans les jeux en ligne qu’ils avaient perdu complètement le goût de faire du sport ou d’aller à l’école. Oui, c’est une passion, mais après un certain moment, ça devient trop et on ne peut plus s’en sortir.»  

  

  

  

Heureusement pour les parents, 60 % des jeunes passent moins de 2 h par jour à l'écran pour leurs loisirs, et 19 % y consacrent entre 2 h et 4 h par jour, nuance l'étude de la DRSP. 

Par ailleurs, plusieurs parents ont demandé de l'aide auprès de la Maison Jean Lapointe, qui peine à répondre à la demande.  

«On a regardé plusieurs indicateurs de santé et la mâchoire nous a un peu décroché quand on a vu les résultats chez ceux qui passent quatre heures et plus devant un écran», a dit Jean-François Biron. 

Chez les adultes, 16 % des Montréalais font une utilisation intensive des écrans. 45 % d’entre eux passent moins de deux heures par jour (l’utilisation recommandée). Du côté des enfants, 60 % des élèves de 6e année consacrent moins de deux heures par jour au temps-écran.   

L’étude n’a pris en compte que le temps d’écran consacré au travail ou aux études. Elle a été réalisée chez plus de 13 000 jeunes et 2500 adultes montréalais et montréalaises. 

Dans la même catégorie