/news/politics

Arcand ne sait pas si le PLQ a déjà payé l’hypothèque de Charest

Vincent Larin | Agence QMI

Le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, n’a «aucune idée» si sa formation politique a déjà payé l’hypothèque de l’ancien premier ministre Jean Charest.

À LIRE ÉGALEMENT

La police a enquêté sur la théorie du pont d’or

Livre-choc sur l’enquête Mâchurer de l’UPAC

«Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’on ne paye d’aucune façon M. Charest présentement», a indiqué Pierre Arcand en mêlée de presse, mercredi, en rappelant que le Parti libéral du Québec (PLQ) avait déjà offert une rémunération de 75 000 $ à son ex-chef.

 

Aucune vérification supplémentaire n’a été effectuée par le PLQ depuis de nouvelles révélations sur le projet Mâchurer publiées dans le livre «PLQ inc.», de notre Bureau d’enquête, a indiqué Pierre Arcand.

Le PLQ aurait remboursé une partie de l’hypothèque de la maison de Jean Charest à Westmount selon des informations obtenues par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) dans le cadre du projet Machûrer, y apprend-on.

Pierre Arcand s’est aussi distancé de l’ancien argentier du PLQ, Marc Bibeau, qui aurait déjà annoncé l’octroi d’un contrat public au patron d’une firme de génie qui contribuait à la caisse électorale de la formation politique, toujours selon des informations obtenues par l’UPAC.

«Je ne pense pas avoir [déjà] parlé à M. Bibeau honnêtement. Je me rappelle en 2007 peut-être l’avoir vu à un moment donné [...], mais je n’ai jamais eu de relation avec M. Bibeau», a-t-il dit.

Selon le chef libéral, son parti est «dans un changement de génération» et les personnes qui en font dorénavant partie ne connaissent pas celles qui sont visées par les enquêtes de l’UPAC.