/regional/sherbrooke/estrie

La Central Maine and Quebec Railway est à vendre

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

L'entreprise Central Maine and Quebec Railway (CMQR), anciennement la Montreal, Maine & Atlantic Railway, est à vendre.

Un an après la tragédie de Lac-Mégantic en 2013, la société d'investissement new-yorkaise Fortress s'était portée acquéreuse des actifs de la Montréal Maine et Atlantic, en faillite, pour 17 millions $. Elle avait ensuite changé le nom de sa nouvelle filiale.

En août dernier, le président du conseil et chef de la direction de Fortress, Joseph P. Adams, avait annoncé aux actionnaires de l'entreprise avoir l'intention de se départir de CMQR. Il estimait qu'il pourrait parvenir à conclure une transaction d'ici la fin de l'année financière, vu qu'à ses yeux, le marché ferroviaire est présentement propice aux vendeurs.

Un montant de vente de 100 millions $ aurait été évoqué.

Le Canadien Pacifique et la pétrolière Irving, qui ont des intérêts financiers dans une éventuelle reprise du transport de pétrole, souhaiteraient acquérir CMQR, selon des rumeurs qui circulent dans l'industrie ferroviaire.

Les quelques 200 km de rails appartenant à la compagnie traversent plusieurs municipalités entre Farnham et la frontière avec l'État du Maine. Les maires de ces municipalités entendent suivre le dossier avec grand intérêt.

Qu'une vente survienne ou non, Transports Canada dit avoir une très bonne collaboration du CMQR. Tel qu'exigé par un ordre ministériel au début septembre dernier, l'entreprise a corrigé 253 anomalies relevées sur son réseau ferroviaire, a confirmé le ministère.

Ottawa et Québec ont été informés il y a quelques semaines de la mise en vente du chemin de fer. Si les deux gouvernements n'ont aucun mot à dire sur une vente possible et son éventuel acquéreur, ils tiennent à se faire rassurants. Selon les deux ordres de gouvernement, le projet de construction d'une voie de contournement à Lac-Mégantic ne serait aucunement compromis par une éventuelle transaction.