/regional/sherbrooke/estrie

Un Burkinabé vivant à Lac-Mégantic menacé d'expulsion

TVA Nouvelles | Agence QMI

Un Burkinabé de 44 ans, arrivé au Canada il y a trois ans avec un statut de réfugié, est sous le choc après avoir appris qu’il sera expulsé du pays d’ici trois semaines.

L’homme de 44 ans a fui les violences qui secouaient Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

«Avec le terrorisme qui sévit là-bas, ce n’est pas toujours évident», a-t-il mentionné.

Pourtant, selon ses employeurs et ses proches, Soumaila Sawadogo s’est rapidement intégré à la communauté de Lac-Mégantic, en Estrie.

Selon Annie Gagnon, coordonnatrice en attraction de talents de Service de développement économique de Montréal, il n’est pas logique que des demandeurs d’asile qui parlent français et qui ont fait leurs preuves, comme M. Sawadogo, soient expulsés.

«Je travaille avec d’autres entreprises qui font du recrutement à l’international et on recrute des gens qu’on ne connait pas, qui ne parlent pas la langue et qui ne sont pas intégrés», a-t-elle mentionné jeudi à la caméra de TVA Nouvelles, en soulignant son «incompréhension».

Ses collègues de l’entreprise Champeau Mégantic contestent vivement son renvoi, prévu le 22 novembre prochain.

«Il est accepté dans l’équipe. Il est travaillant, il veut et, tout d’un coup, hop! ça ne marche plus. C’est triste. C’est vraiment triste», a souligné jeudi Pierre Dostie, directeur des opérations à Champeau Mégantic.

Le propriétaire de l’entreprise, Pierre Champeau, avait lui aussi son mot à dire.

«À mon avis, une décision comme celle-là est un non-sens complet. [...] L’exemple qu’on vit avec Soumaila pourrait servir pour revoir les critères» a-t-il indiqué.

Le temps presse pour faire infirmer la décision de l’Agence des services frontaliers du Canada.

«Je ne veux pas être recherché comme si j’étais un délinquant. Je ne veux pas avoir les mains menottées», a dit M. Sawadogo.

Annie Gagnon est consciente qu’il faut agir très rapidement, comme la date de la déportation arrive à grands pas.

- Avec les informations d'Isabelle Dorais