/news/law

Deux caïds de l’Abitibi écopent de la prison à vie

Michael Nguyen | Journal de Montréal

PHOTOS D’ARCHIVES

Deux caïds de l’Abitibi connus pour leur spectaculaire évasion de la prison d’Orsainville à bord d’un hélicoptère ont écopé de la prison à vie vendredi matin, pour deux meurtres prémédités et de complots pour meurtres.

«Les accusés ont une parfaite indifférence pour la vie humaine», a déploré la juge Éliane Perreault, ce matin au palais de justice de Montréal, juste avant de condamner Yves Denis et Denis Lefebvre.

Les deux caïds, âgés de 50 et 58 ans, étaient à la tête d’un réseau de trafiquants de drogue liés aux Hells Angels qui écoulaient de la cocaïne dans la région de Val-d’Or. Entre 2007 et 2010, ils avaient écoulé 650 kg de poudre blanche en Abitibi, pour un chiffre d’affaires de 50 millions $.

Et pour garder la mainmise sur leur trafic, ils n’hésitaient pas à éliminer tous ceux qui se mettaient en travers de leur chemin.

«Les témoignages des délateurs montrent un acharnement pour tuer leurs concurrents», a noté la magistrate.

Au terme d’un procès devant jury d’un an, suivi de 28 jours de délibérations — un record dans l’histoire du Canada —, les deux hommes avaient été déclarés coupables de meurtres et de complots pour meurtres commis à Rouyn-Noranda, à Laval et à Saint-Alphonse-Rodriguez, entre 2009 et 2010.

Prison à vie

Fait particulier, Yves Denis est le frère d’une des victimes, Benoit Denis. Ce dernier aurait lui-même été le complice du tueur à gages lors d’autres crimes, mais il a été éliminé «parce qu’il parlait trop».

«Nos pensées vont aux familles des victimes, avait commenté le procureur de la Couronne Jonathan Meunier après les verdicts en mai dernier. Il faut aussi souligner le travail consciencieux des jurés.»

Pour les meurtres, la juge a condamné les deux caïds à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant d’avoir purgé au minimum 25 ans de pénitencier.

Quant aux complots, Denis et Lefebvre ont écopé de 25 ans d’incarcération, a tranché la juge en rappelant que les complots ont débouché sur des homicides. Elle a aussi pris en compte que les deux hommes s’étaient évadés de la prison d’Orsainville, en juin 2014.

Ces sentences s’ajoutent aux peines d’incarcération de 21 ans et de 17 ans qu’ils purgent déjà pour complot, trafic de stupéfiants, gangstérisme et évasion d’une garde légale.

Dans la même catégorie