/regional/sherbrooke/estrie

L'Estrie durement touchée par la tempête

Agence QMI et TVA Nouvelles

Les mauvaises conditions météorologiques ont particulièrement touché la région de l’Estrie, vendredi, où de nombreuses routes ont été fermées, sans compter les pannes d’électricité qui demeuraient élevées en fin de journée.

Des résidents se sont réveillés les pieds dans l'eau et ont rapidement dû évacuer leur domicile. De plus, certains ont vu leur véhicule être submergé.

Au moins 100 millimètres de pluie sont tombés en Estrie depuis jeudi soir. Environnement Canada avait prévu aussi des vents du sud-ouest soufflant jusqu’à 100 km/ h dans la région.

À East Angus, le toit d’une école secondaire a été soulevé par le vent. Les jeunes venaient tout juste d’être évacués quand le mur de la bibliothèque s’est partiellement effondré. Personne n’a été blessé.

250 évacuations à Sherbrooke 

Le niveau de l’eau de la rivière Saint-François à Sherbrooke a atteint une hauteur record en période automnale ce qui a mené à l’évacuation de près de 250 personnes près du centre-ville.

«Si on n’est pas la pire région qui a été touchée, on doit être l’une des pires», a lancé le coordonnateur des mesures d’urgence de la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau.Jeudi, la rivière a atteint une hauteur de 24 pieds en milieu de journée. Selon M. Simoneau, le cours d’eau a déjà atteint 26 et 24,77 pieds en 1982 et en 2014, mais au printemps lors de la fonte des neiges.

 

 

Plus de 100 millimètres de pluie sont tombés au cours de la nuit causant la fermeture d’une cinquantaine de rues.

Le centre des mesures d’urgence de Sherbrooke a reçu une centaine d’appels pour des arbres déracinés, des affaissements de route, des glissements de terrain et des coulées de boue.

Dans certaines rues, la crue des eaux était telle que des voitures étaient presque entièrement submergées. Un terrain de football de la rue du Collège était aussi inondé.«On a enregistré [des vents de] 94 km/h entre 3 h et 4 h du matin dans la nuit de jeudi à vendredi», a indiqué le météorologue d’Environnement Canada, Alexandre Parent.

«Pour des raisons inconnues, on a perdu le contact avec l’anémomètre qui se trouvait à l’aéroport de Sherbrooke entre 4 h et 10 h», a-t-il ajouté. Or, il se pourrait que la vitesse maximum des dernières heures ait été plus élevée.

En raison des inondations des rues avoisinantes, les cours ont été suspendus à l’Université Bishop’s et au Collège Champlain.

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a d’ailleurs publié un communiqué indiquant qu’elle annulant son transport scolaire pour le retour à la maison.

Route coupée en deux 

 

 

Vers 5h vendredi matin, un ponceau du chemin Fulford, à Lac-Brome, a cédé sous la force du courant, coupant la route en deux. Un véhicule qui y circulait s'est malencontreusement retrouvé au fond de la crevasse. À cause de l'eau glaciale, l'automobiliste à bord de la voiture est demeuré coincé dans l'habitacle une trentaine de minutes. 

Des pompiers sont finalement allés le repêcher à l'aide de câbles et d'échelles. Deux d'entre eux ont d'ailleurs dû affronter l'eau froide pour accéder à l'homme prisonnier à bord de son véhicule. Ce dernier n'a pas subi de blessures graves. 

La voiture se trouvait encore dans le ruisseau en matinée, le courant étant fort et le sol, instable. 

Une situation semblable est survenue en août 2018 sur la même route, à quelque 500 mètres de là. Deux voitures s'étaient alors enlisées dans une crevasse. 

La municipalité de Lac-Brome dit s'être mise en mode urgence et évaluera éventuellement les risques présents dans le secteur.